|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Tous ensemble maintenant : l’armée israélienne n’a commis aucun crime de (...)

Tous ensemble maintenant : l’armée israélienne n’a commis aucun crime de guerre

Vendredi 26 mars 2021, par Gideon Levy

Enlevez la haine ou l'idolâtrie à l'égard de Benjamin Netanyahu et les prochaines élections n'auront aucune importance. Pourquoi ? Parce qu'en dehors de la haine et de l'idolâtrie envers le premier ministre, tous les partis juifs disent la même chose – ils sont tous en faveur du sionisme, de la suprématie juive et de la poursuite de l'occupation. Ainsi, cette élection est dépourvue de tout choix réel, il s'agit d'une élection n'offrant aucune alternative, une élection qui n'est pas une vraie élection.

Notez, par exemple, la réaction des chefs de tous les partis sionistes après la décision prise à La Haye d'enquêter sur Israël, une décision qui, dans le meilleur des cas, pourrait générer un changement radical dans la conduite d'Israël. De Benjamin Netanyahu à Merav Michaeli en passant par les autres, tous ont répété les mêmes phrases : ils font tous confiance à Tsahal et se fient à ses enquêtes. En d'autres termes, ils sont tous d'accord pour dire qu'il n'y a pas eu de crimes de guerre. Une chorale d'enfants, la chorale des moralisateurs. Seul le leader de Meretz, Nitzan Horowitz, a dit quelque chose d'un peu différent, certes pas suffisamment différent, mais l'élection ne tourne de toute façon pas autour de Meretz.

Ce ralliement aveugle derrière Tsahal et l'État sur une question aussi importante que l'occupation suscite le désespoir. Après tout, la majorité des politiciens du centre-gauche, de Michaeli à Yair Lapid, connaissent la vérité. Ils savent tout sur les FDI et presque tout sur leurs crimes et la façon dont elles « enquêtent » sur elles-mêmes, mais ils n'ont pas le courage de dire la vérité. Ils se mentent à eux-mêmes en gardant le silence et en apportant leur soutien à l'armée.

La droite, en revanche, croit qu'Israël et les FDI ont le droit de faire ce qu'ils veulent, sans que personne, où que ce soit dans le monde, n'ait le droit de le remettre en question, et que seul l'antisémitisme motive toute critique de l'État. Entre la droite, qui croit qu'Israël a le droit de tout faire, et la gauche, qui n'ose pas dire la vérité, le choix est difficile. Il n'y a pas de différence et le résultat est le même : soutien à tout ce que provoque l'occupation et refus d'assumer toute responsabilité.

Depuis deux générations, il y a une armée d'occupation sur une terre occupée, il ne se passe pas un jour sans que ses soldats ne violent le droit international, encouragés par un pays entier. L' entreprise de colonisation persiste, vieille de 53 ans, avec 700 000 colons, établie sous des gouvernements de gauche et fortifiée sous des gouvernements de droite. La plupart du monde dit qu'il s'agit d'une violation flagrante du droit international, mais la chorale israélienne se jette furieusement sur quiconque souhaite enquêter et punir les responsables du crime des colonies.

Prenez, par exemple, samedi, une belle journée de week-end. Une famille palestinienne, parents et huit enfants, se rend sur son propre terrain pour pique-niquer, où elle est attaquée et lapidée par des colons masqués venant de la colonie de Mitzpeh Yair, dans les collines du sud d'Hébron. On peut entendre des cris de terreur sur une vidéo prise par B'Tselem, où l'on voit le père emmené à l'hôpital, le visage en sang.

Crime ou pas crime ? Ce n'est pas la première fois que l'attaque provient de cette colonie violente. Et pas la dernière fois non plus, évidemment. Il n'y a pas d'armée, pas de police, et pas de justice. Mais il y a une réponse des autorités d'occupation : « Israël est au courant de l'incident. » Personne n'a été arrêté et personne ne le sera, tout comme personne n'a été arrêté après l'agression de Khalil Haryani, un berger de 78 ans qui a été attaqué avec des chaînes, des gourdins et des pierres il y a deux mois par des colons du même Mitzpeh Yair.

« Israël est conscient de l'incident ». La prise de conscience ne débouche sur aucune action. C'est ainsi qu'Israël enquête sur lui-même. Les dirigeants de la gauche et du centre le savent très bien. Ils savent que seul un organisme international pourrait y mettre fin, mais ils n'ont pas l'intégrité et le courage de le dire.

C'est précisément là que le tribunal de La Haye doit entrer en scène. C'est précisément là que la gauche aurait dû inviter le tribunal à le faire, et c'est précisément là que la politique israélienne s'organise comme une chorale stridente et désespérante.

L'identité du prochain chef de chœur est beaucoup moins importante qu'on pourrait le croire. Le style peut être différent, de même que l'arrangement, mais le chant restera le même chant et le chœur le même chœur.

Article d'abord publié en anglais sur le site d'Haaretz et en français sur el site de l'Agence média Palestine

Traduction : Agence média Palestine

Photo : Montecruz Foto/Flickr

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca