|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Communovirus

Communovirus

Vendredi 10 avril 2020, par Jean-Luc Nancy

Le virus nous communise, car nous devons faire front ensemble, même si cela passe par l'isolement de chacun. L'occasion d'éprouver vraiment notre communauté.

Un ami indien m'apprend que chez lui on parle de « communovirus ». Comment ne pas l'avoir déjà pensé ? C'est l'évidence même ! Et quelle admirable et totale ambivalence : le virus qui vient du communisme, le virus qui nous communise. Voilà qui est beaucoup plus fécond que le dérisoire corona qui évoque de vieilles histoires monarchiques ou impériales. D'ailleurs c'est à détrôner, sinon décapiter le corona que doit s'employer le communo.

C'est bien ce qu'il semble faire selon sa première acception puisqu'en effet il provient du plus grand pays du monde dont le régime est officiellement communiste. Il ne l'est pas seulement à titre officiel : comme l'a déclaré le président Xi Jinping, la gestion de l'épidémie virale démontre la supériorité du « système socialiste à caractéristiques chinoises ». Si le communisme, en effet, consiste essentiellement dans l'abolition de la propriété privée, le communisme chinois consiste - depuis une douzaine d'années - dans une soigneuse combinaison de la propriété collective (ou d'Etat) et de la propriété individuelle (dont est toutefois exclue la propriété de la terre). Cette combinaison a permis comme on le sait une croissance remarquable des capacités économiques et techniques de la Chine ainsi que de son rôle mondial. Il est encore trop tôt pour savoir comment désigner la société produite par cette combinaison : en quel sens est-elle communiste et en quel sens a-t-elle introduit en elle le virus de la compétition individuelle, voire de sa surenchère ultralibérale ? Pour le moment, le virus Covid-19 lui a permis de montrer l'efficacité de l'aspect collectif et étatique du système. Cette efficacité s'est même si bien affirmée que la Chine vient en aide à l'Italie, puis à la France.

On ne manque pas bien sûr d'épiloguer sur le regain de puissance autoritaire dont bénéficie en ce moment l'Etat chinois. De fait, tout se passe comme si le virus venait à point nommé conforter le communisme officiel. Ce qui est ennuyeux est que de cette manière le contenu du mot « communisme » ne cesse pas de se brouiller - alors même qu'il était déjà incertain.

Marx a écrit de manière très précise qu'avec la propriété privée, la propriété collective devait disparaître et que devait leur succéder ce qu'il nommait la « propriété individuelle ». Par là il n'entendait pas les biens possédés par l'individu (c'est-à-dire la propriété privée), mais la possibilité pour l'individu de devenir proprement lui-même. On pourrait dire : de se réaliser. Marx n'a pas eu le temps ni les moyens d'aller plus loin dans cette pensée. Au moins pouvons-nous reconnaître qu'elle seule ouvre une perspective convaincante - même si très indéterminée - à un propos « communiste ». « Se réaliser », ce n'est pas acquérir des biens matériels ou symboliques : c'est devenir réel, effectif, c'est exister de manière unique.

C'est alors la seconde acception de communovirus qui doit nous retenir. De fait, le virus nous communise. Il nous met sur un pied d'égalité (pour le dire vite) et nous rassemble dans la nécessité de faire front ensemble. Que cela doive passer par l'isolement de chacun n'est qu'une façon paradoxale de nous donner à éprouver notre communauté. On ne peut être unique qu'entre tous. C'est ce qui fait notre plus intime communauté : le sens partagé de nos unicités.

Aujourd'hui, et de toutes les manières, la coappartenance, l'interdépendance, la solidarité se rappellent à nous. Les témoignages et les initiatives dans ce sens surgissent de toutes parts. En y ajoutant la diminution de la pollution atmosphérique due à la réduction des transports et des industries, on obtient même un enchantement anticipé de certains qui croient déjà venu le bouleversement du techno-capitalisme. Ne boudons pas une euphorie fragile - mais demandons-nous quand même jusqu'où nous pénétrons mieux la nature de notre communauté.

On appelle aux solidarités, on en active plusieurs, mais globalement, c'est l'attente de la providence étatique - celle-là même qu'Emmanuel Macron a saisi l'occasion de célébrer - qui domine le paysage médiatique. Au lieu de nous confiner nous-mêmes, nous nous sentons d'abord confinés par force, fût-elle providentielle. Nous ressentons l'isolement comme une privation alors qu'il est une protection.

En un sens, c'est une excellente séance de rattrapage : il est vrai que nous ne sommes pas des animaux solitaires. Il est vrai que nous avons besoin de nous rencontrer, de prendre un verre et de faire des visites. Au reste, la brusque augmentation des coups de fil, des mails et autres flux sociaux manifeste des besoins pressants, une crainte de perdre le contact.

Sommes-nous pour autant mieux à même de penser cette communauté ? Il est à craindre que le virus en reste le principal représentant. Il est à craindre qu'entre le modèle de la surveillance et celui de la providence, nous restions livrés au seul virus en guise de bien commun.

Alors nous ne progresserons pas dans la compréhension de ce que pourrait être le dépassement des propriétés tant collectives que privées. C'est-à-dire le dépassement de la propriété en général et pour autant qu'elle désigne la possession d'un objet par un sujet. Le propre de l'« individu » pour parler comme Marx, c'est d'être incomparable, incommensurable et inassimilable - y compris à lui-même. Ce n'est pas de posséder des « biens ». C'est d'être une possibilité de réalisation unique, exclusive et dont l'unicité exclusive ne se réalise, par définition, qu'entre tous et avec tous - contre tous aussi bien ou malgré tous mais toujours dans le rapport et l'échange (la communication). Il s'agit là d'une « valeur » qui n'est ni celle de l'équivalent général (l'argent) ni donc non plus celle d'une « survaleur » extorquée mais d'une valeur qui ne se mesure d'aucune façon.

Sommes-nous capables de penser de manière aussi difficile - et même vertigineuse ? Il est bien que le communovirus nous oblige à nous interroger ainsi. Car c'est à cette seule condition qu'il vaut la peine, au fond, de s'employer à le supprimer. Sinon nous nous retrouverons au même point. Nous serons soulagés mais nous pourrons nous préparer à d'autres pandémies.

Article d'abord publié sur Libération.

Photo : Manny Pacheco sur Unsplash

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

Avez-vous déjà entendu parler de jean tueurs et d’employés qui meurent assassinés par les vêtements qu’ils vendent ? Le slasher ​Slaxx​ nous transporte dans un univers entre comédie d’horreur, gore sanglant et critique engagée de l’industrie de la fast fashion​ (mode jetable). Réalisé par la cinéaste montréalaise, Elza Kephart (Graveyard Alive : A Zombie Nurse in Love, 2003), ce film est né d’une idée discutée lors d’un road trip avec des amis, dont la co-scénariste Patricia Gomez Zlatar. « C’est parti d’une idée hilarante de pantalons tueurs ! », se souvient la réalisatrice. « À ce (...)

Depuis le 4 août, le Liban n’est plus le même. C’est un pays durement affecté, en lambeaux, en débris. Les terribles explosions dans le port de Beyrouth, capitale libanaise, ont causé la mort de 200 personnes, fait plus de 6000 blessé·es et une destruction d’immeubles s’élevant à plus de 85 000 logements et commerces abîmés. Tous les Libanais·es ont perdu quelque chose, le trauma est collectif et cette catastrophe est une cicatrice de plus dans la mémoire de cette ville depuis longtemps défigurée par guerres et ruines, ville meurtrie s’il en est. La vie politique du Liban était déjà fortement éprouvée par une économie ravagée par une crise sévère, la plus importante depuis des décennies, et par un mécontement profond et une perte de confiance de la population face au gouvernement. Le Journal des Alternatives a réalisé une entrevue avec Myra Abdallah, de la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité (AFE), qui nous parle de la colère ambiante face à l’incurie des pouvoirs en place et témoigne de la dernière année en termes de soulèvements populaires et de mobilisation citoyenne.

La sortie du documentaire sur la vie du mercenaire québécois Raymond Boulanger diffusé sur Crave [N.D.L.R : à la mi-août ] arrive lors d’une période extrêmement difficile pour la Colombie : l’intensification sans précédent, depuis 2016, des massacres de masse. Ainsi, un 5e épisode pour la série serait de mise sur les conséquences du commerce international des drogues et des armes sur la population colombienne. En pleine pandémie mondiale, le 21 août 2020, le pays s’est réveillé avec la nouvelle d’un quatrième massacre en moins d’une semaine : 5 mineurs ont été assassinés à Llano Verde (Cali, (...)

« Déboulonner/Démanteler les statues » d’hommes blancs est juste car ils ont conçu, conceptualisé, encouragé, organisé, la traite, l’esclavage et la colonisation, et dès lors, justifié la déportation d’Africain·es, leur mise en esclavage et leur statut « d’objet », autorisé l’exploitation, la torture, et la mort des corps et des ressources, fait du ventre des femmes noires un capital, interdit qu’iels fassent famille, imposé le Code Noir, le Code de l’indigénat, le vol, le pillage, détruit des villes, des universités, des temples, au nom d’une civilisation « supérieure ». L’espace public doit être libéré de leur présence.

Dimanche 23 août 2020, Rusten Sheskey, un policier de Kenosha (Wisconsin) tire sept fois dans le dos de Jacob Blake, un jeune homme noir de 29 ans. Alors que les mobilisations contre les violences policières embrasent le pays, des centaines de personnes s’unissent dans les rues de la ville pour dénoncer l’attaque à caractère raciste subie par Blake lors de son interpellation. Mercredi 26 août, les joueurs des Milwaukee Bucks, la principale équipe de l’État, tous sports confondus, refusent d’entrer sur le parquet, conduisant à l’annulation d’un match de play-offs à très forte audience. La (...)

En décembre 2014, l’Assemblée générale de l’ONU a proclamé dans sa Résolution 68/237 la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024). Cette Décennie aurait dû avoir pour but d’encourager les États à éradiquer les injustices sociales produites par l’histoire et de lutter contre le racisme basé sur la race, les préjugés et les discriminations raciales dont les personnes d’ascendance africaine et les Africains sont toujours victimes. Cela aurait aussi été l’occasion de mettre en discussion et en acte la question des réparations. Mais une fois de plus, cela a été impossible ; pourtant, en décembre dernier, certains Etats semblaient prêts à proposer une résolution sur les réparations. Pour l’instant, rien n’a bougé [1]…

Le 6 août 2020, un philosophe d’une grande richesse et d’une grande intransigeance est parti. Durant son parcours, Bernard Stiegler a voulu rendre compte de la folie de ce monde – à sa manière. Toute barbarie est à craindre pour celui qui l’observe. Mais elle est aussi à « panser ». Car tout poison exige un remède pour celui qui sait réparer, cicatriser des blessures. Pour s’en convaincre, il suffit de relire Nietzsche et son diagnostic sans appel à la fin du XIXe siècle : l’époque est malade ; plus précisément l’humanité est malade d’elle-même ; encore faut-il qu’elle puisse penser ce mal qui la (...)
David Graeber est mort à l’âge de 59 ans [1]. Auteur de renom et militant anarchiste, il laisse derrière lui un grand nombre d’écrits, principalement campés en anthropologie économique et politique. À l’automne 2010, le Royaume-Uni tout entier était tourné vers les luttes étudiantes qui tentaient de s’opposer à une hausse massive des frais de scolarité que venait d’imposer le gouvernement conservateur de David Cameron [2]. Des contestations juridiques bloqueront la réforme jusqu’en 2012 [3]. En février 2011, j’ai décidé d’écrire à David Graeber de manière un peu impulsive, pour lui demander son (...)
La tenue du Sommet mondial de la fiscalité, organisé par TaxCOOP la semaine du 13 octobre, devait relever deux importants défis. D’abord réaliser un événement entièrement en mode virtuel, une contrainte imposée par un confinement généralisé. Puis défendre une fiscalité plus équitable, forcément à la hausse pour les individus les plus riches et les grandes entreprises. Pour y arriver, le sommet a profité d’une organisation admirable d’efficacité, en dépit de quelques pépins survenus inévitablement en cours de route. Dans son film Rapide et dangereuse, une course vers l’abîme, présenté pendant (...)
En apparence, la crise sanitaire que nous vivons n’a rien à voir avec la crise économique des années 2007-2008. Pourtant ces deux cas ont révélé des failles majeures dans notre système économique. Entre autres, les effets pervers de la dérèglementation, qui a d’abord mené à l’écroulement du secteur financier. Celle-ci a aussi contribué à la grande fragilisation de nos écosystèmes et à l’affaiblissement des services de la santé, deux importants facteurs qui ont provoqué et aggravé la crise que nous vivons. Il découle de ces deux crises un grand mea culpa. Pendant la Grande Récession, on se disait, (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca