|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Quelques réflexions sur la pandémie et la mondialisation

Quelques réflexions sur la pandémie et la mondialisation

Vendredi 10 avril 2020, par Gustave Massiah

La situation

Une pandémie est par définition une question mondiale, une question globale. Cette pandémie n'est pas la première, y compris dans la période récente. Comment expliquer, alors même que le nombre de décès est relativement faible par rapport aux autres causes de la mortalité des sociétés, l'effet de stupeur qu'elle provoque et qui se traduit par un fait à peine croyable : un tiers de la population mondiale est confiné et toutes les activités habituelles sont suspendues, en attente indéterminée.

Certes les épidémies bouleversent les situations, elles rappellent la fragilité de la condition humaine dans son rapport à la mort. Cette pandémie a joué un rôle de révélateur par rapport à la situation du monde ; par rapport à la fragilité du système mondial, à la logique économique, sociale et politique dominante, à la fragilité des systèmes de santé, à l'impréparation des gouvernants, à la profondeur d'une véritable crise de civilisation. Elle constitue une rupture épistémologique dans la connaissance du monde et la manière de le penser.

Quelques premières leçons

La situation a révélé la nature du système économique et social dominant et sa fragilité. La mondialisation des activités productives organisée par le capital financier a démontré l'épuisement du néolibéralisme et les limites du capitalisme. La fragilisation des systèmes de santé a mis en lumière les conséquences de la marchandisation, de la privatisation et de la financiarisation des services publics comme de toutes les activités. Le confinement a démontré que les inégalités de territoire commencent avec le logement et les terres agricoles.

À partir du climat, de la biodiversité, de la coexistence des espèces, la Nature reprend ses droits et rappelle au vivant qu'elle ne peut être oubliée, méprisée, humiliée. La rupture écologique impose une conception radicalement nouvelle de la transformation de chaque société et du monde.

La géopolitique est en plein bouleversement. La pandémie, question mondiale, a été traitée par chaque Etat de manière nationale, souvent nationaliste. Les institutions internationales ont été détruites et sont absentes. Les multinationales contrôlent le travail et chaque société à partir de leur contrôle du système international. L'impérialisme occidental conserve toujours sa supériorité militaire ; mais la capacité de penser le monde semble s'être déplacée vers l'Asie. Cette évolution traduit un processus qui prolonge la décolonisation et qui s'apparente à la fin d'une civilisation.

La confrontation se déploie sur le plan idéologique et politique. L'hégémonie culturelle du néolibéralisme est mise en cause. Les inégalités ne sont pas acceptées. Le politique est à réinventer en partant de la mise en cause de la corruption qui traduit la fusion entre la classe politique et la classe financière. L'autoritarisme est la réponse des classes dirigeantes. La solidarité populaire qui se manifeste dans la réponse à la pandémie et au confinement redéfinit des formes démocratiques et le refus des violences d'état. L'impératif démocratique recherché combine l'égalité et les libertés.

L'État-Nation semble s'être imposé comme recours et comme référence. Il n'est pas incompatible avec le néolibéralisme. Le marché ne peut se suffire à lui-même, le néolibéralisme a besoin d'Etats à son service. L'Etat-Nation est aussi interpellé sur sa capacité à garantir un niveau de vie acceptable, sur les inégalités et les discriminations, sur la manière d'assurer la sécurité dans le respect des droits fondamentaux. L'Etat social se définit par les services publics qui sont plébiscités. La souveraineté est vécue de manière contradictoire ; par l'exclusion des autres et aussi par la recherche de la solidarité entre les peuples et la recherche des solutions communes.

Résister à la stratégie du choc

À la sortie de l'épisode pandémique, les classes dirigeantes vont chercher à affirmer leur contrôle. Il leur faudra faire oublier leur faillite dans la prévision et le traitement de la pandémie. Pour reprendre le contrôle, elles pourraient faire appel à la « stratégie du choc » si bien dévoilée par Naomi Klein. Elles pourraient, à l'inverse, comme après 1945 chercher des solutions de compromis social, élargies à des mesures écologiques. Certaines fractions de ces classes pourraient y être favorables. Toutefois, l'épisode de la crise financière de 2008 a montré que le néolibéralisme a préféré un tournant austéritaire en s'appuyant sur une idéologie xénophobe, raciste, sécuritaire pour répondre à la contestation des mouvements qui ont commencé en 2011 et qui n'ont pas arrêté depuis.

Il faut donc s'attendre au déploiement de violences autoritaires préfigurées par les politiques de Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Duterte aux Philippines, Modi en Inde, Orban en Hongrie et autres. Le risque est grand aussi que les contradictions géopolitiques se traduisent par l'exacerbation des conflits et des guerres de plus grande intensité. Pour résister à la stratégie du choc, la lutte pour la démocratie et les libertés, dans chaque pays devient prioritaire. Elle nécessite de mener au niveau international la lutte contre les guerres et pour la paix.

Amorcer et imposer les alternatives

La résistance est indissociable de la définition des alternatives pour un autre monde possible, plus juste et plus solidaire. La pandémie globale a révélé la profondeur de la remise en cause du système dominant ; elle rappelle l'urgence du dépassement de la mondialisation capitaliste néolibérale. Il s'agit de concrétiser un accès aux droits fondamentaux pour toutes et tous et une co-construction d'un nouvel universalisme. Elle met en avant les approches nouvelles, celles des biens communs, du buen-vivir, de la révolution féministe, de la prospérité sans croissance, de la propriété sociale et collective, de la gratuité et les services publics, de la démocratisation radicale de la démocratie, etc. La stratégie est celle de la transformation écologique, sociale, démocratique et géopolitique. Les alternatives existent, elles sont multiples à l'image des énergies renouvelables, des relocalisations, de la souveraineté alimentaire, des monnaies locales, de la taxation des transactions financières, de la socialisation des banques, … Il s'agit de les développer à l'échelle sans perdre leur radicalité et d'éviter leur récupération et leur contrôle par la marchandisation et la financiarisation.

Construire une réponse internationale

L'engagement citoyen doit déployer son inventivité à toutes les échelles

- Les mouvements sociaux et citoyens peuvent s'engager dans le mouvement général et considérable des solidarités locales

- Les mouvements sociaux et citoyens peuvent revendiquer, dans chaque pays,la mise en oeuvre de politiques publiques de défense de l'intérêt général et une démarche démocratique d'élargissement des libertés et de l'égalité

- Le FMI, la Banque Mondiale et l'Organisation Mondiale du Commerce doivent être déférées devant la Cour Internationale de Justice pour répondre des politiques qui ont mené le monde à la catastrophe écologique, économique et sociale

- L'annulation des dettes illégales et illégitimes, publiques et privées, sera une première étape dans la redéfinition d'un nouveau système économique international

– Une Assemblée générale Extraordinaire des Nations Unies doit être convoquée pour organiser un débat international fondé sur l'approfondissement et l'effectivité de la Déclaration Universelle des Droits Humains et sur l'élaboration d'une déclaration des droits des peuples et des droits de la planète.

Dans l'immédiat, il est urgent de relier l'impératif écologique avec l'altermondialisme et l'internationalisme. L'approche écologique confirme et renouvelle les impératifs sociaux et démocratiques. L'altermondialisme est construit par la diversité et la convergence des mouvements sociaux et citoyens ; il entre dans une nouvelle phase. L'internationalisme avait le souci des capacités d'organisation, de la spécificité du politique, de l'articulation des échelles du local, au national et au mondial. Il est à réinventer.

Article d'abord paru sur le site de alainet.org

Photo : Steve Johnson sur Unsplash

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

Avez-vous déjà entendu parler de jean tueurs et d’employés qui meurent assassinés par les vêtements qu’ils vendent ? Le slasher ​Slaxx​ nous transporte dans un univers entre comédie d’horreur, gore sanglant et critique engagée de l’industrie de la fast fashion​ (mode jetable). Réalisé par la cinéaste montréalaise, Elza Kephart (Graveyard Alive : A Zombie Nurse in Love, 2003), ce film est né d’une idée discutée lors d’un road trip avec des amis, dont la co-scénariste Patricia Gomez Zlatar. « C’est parti d’une idée hilarante de pantalons tueurs ! », se souvient la réalisatrice. « À ce (...)

Depuis le 4 août, le Liban n’est plus le même. C’est un pays durement affecté, en lambeaux, en débris. Les terribles explosions dans le port de Beyrouth, capitale libanaise, ont causé la mort de 200 personnes, fait plus de 6000 blessé·es et une destruction d’immeubles s’élevant à plus de 85 000 logements et commerces abîmés. Tous les Libanais·es ont perdu quelque chose, le trauma est collectif et cette catastrophe est une cicatrice de plus dans la mémoire de cette ville depuis longtemps défigurée par guerres et ruines, ville meurtrie s’il en est. La vie politique du Liban était déjà fortement éprouvée par une économie ravagée par une crise sévère, la plus importante depuis des décennies, et par un mécontement profond et une perte de confiance de la population face au gouvernement. Le Journal des Alternatives a réalisé une entrevue avec Myra Abdallah, de la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité (AFE), qui nous parle de la colère ambiante face à l’incurie des pouvoirs en place et témoigne de la dernière année en termes de soulèvements populaires et de mobilisation citoyenne.

La sortie du documentaire sur la vie du mercenaire québécois Raymond Boulanger diffusé sur Crave [N.D.L.R : à la mi-août ] arrive lors d’une période extrêmement difficile pour la Colombie : l’intensification sans précédent, depuis 2016, des massacres de masse. Ainsi, un 5e épisode pour la série serait de mise sur les conséquences du commerce international des drogues et des armes sur la population colombienne. En pleine pandémie mondiale, le 21 août 2020, le pays s’est réveillé avec la nouvelle d’un quatrième massacre en moins d’une semaine : 5 mineurs ont été assassinés à Llano Verde (Cali, (...)

« Déboulonner/Démanteler les statues » d’hommes blancs est juste car ils ont conçu, conceptualisé, encouragé, organisé, la traite, l’esclavage et la colonisation, et dès lors, justifié la déportation d’Africain·es, leur mise en esclavage et leur statut « d’objet », autorisé l’exploitation, la torture, et la mort des corps et des ressources, fait du ventre des femmes noires un capital, interdit qu’iels fassent famille, imposé le Code Noir, le Code de l’indigénat, le vol, le pillage, détruit des villes, des universités, des temples, au nom d’une civilisation « supérieure ». L’espace public doit être libéré de leur présence.

Dimanche 23 août 2020, Rusten Sheskey, un policier de Kenosha (Wisconsin) tire sept fois dans le dos de Jacob Blake, un jeune homme noir de 29 ans. Alors que les mobilisations contre les violences policières embrasent le pays, des centaines de personnes s’unissent dans les rues de la ville pour dénoncer l’attaque à caractère raciste subie par Blake lors de son interpellation. Mercredi 26 août, les joueurs des Milwaukee Bucks, la principale équipe de l’État, tous sports confondus, refusent d’entrer sur le parquet, conduisant à l’annulation d’un match de play-offs à très forte audience. La (...)

En décembre 2014, l’Assemblée générale de l’ONU a proclamé dans sa Résolution 68/237 la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024). Cette Décennie aurait dû avoir pour but d’encourager les États à éradiquer les injustices sociales produites par l’histoire et de lutter contre le racisme basé sur la race, les préjugés et les discriminations raciales dont les personnes d’ascendance africaine et les Africains sont toujours victimes. Cela aurait aussi été l’occasion de mettre en discussion et en acte la question des réparations. Mais une fois de plus, cela a été impossible ; pourtant, en décembre dernier, certains Etats semblaient prêts à proposer une résolution sur les réparations. Pour l’instant, rien n’a bougé [1]…

Le 6 août 2020, un philosophe d’une grande richesse et d’une grande intransigeance est parti. Durant son parcours, Bernard Stiegler a voulu rendre compte de la folie de ce monde – à sa manière. Toute barbarie est à craindre pour celui qui l’observe. Mais elle est aussi à « panser ». Car tout poison exige un remède pour celui qui sait réparer, cicatriser des blessures. Pour s’en convaincre, il suffit de relire Nietzsche et son diagnostic sans appel à la fin du XIXe siècle : l’époque est malade ; plus précisément l’humanité est malade d’elle-même ; encore faut-il qu’elle puisse penser ce mal qui la (...)
David Graeber est mort à l’âge de 59 ans [1]. Auteur de renom et militant anarchiste, il laisse derrière lui un grand nombre d’écrits, principalement campés en anthropologie économique et politique. À l’automne 2010, le Royaume-Uni tout entier était tourné vers les luttes étudiantes qui tentaient de s’opposer à une hausse massive des frais de scolarité que venait d’imposer le gouvernement conservateur de David Cameron [2]. Des contestations juridiques bloqueront la réforme jusqu’en 2012 [3]. En février 2011, j’ai décidé d’écrire à David Graeber de manière un peu impulsive, pour lui demander son (...)
La tenue du Sommet mondial de la fiscalité, organisé par TaxCOOP la semaine du 13 octobre, devait relever deux importants défis. D’abord réaliser un événement entièrement en mode virtuel, une contrainte imposée par un confinement généralisé. Puis défendre une fiscalité plus équitable, forcément à la hausse pour les individus les plus riches et les grandes entreprises. Pour y arriver, le sommet a profité d’une organisation admirable d’efficacité, en dépit de quelques pépins survenus inévitablement en cours de route. Dans son film Rapide et dangereuse, une course vers l’abîme, présenté pendant (...)
En apparence, la crise sanitaire que nous vivons n’a rien à voir avec la crise économique des années 2007-2008. Pourtant ces deux cas ont révélé des failles majeures dans notre système économique. Entre autres, les effets pervers de la dérèglementation, qui a d’abord mené à l’écroulement du secteur financier. Celle-ci a aussi contribué à la grande fragilisation de nos écosystèmes et à l’affaiblissement des services de la santé, deux importants facteurs qui ont provoqué et aggravé la crise que nous vivons. Il découle de ces deux crises un grand mea culpa. Pendant la Grande Récession, on se disait, (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca