|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > La violence spectaculaire du féminicide

La violence spectaculaire du féminicide

Mardi 11 mai 2021, par Suzanne Zaccour

« Mais quel genre d'homme fait ça, tuer sa femme ? »

Lorsqu'une femme est tuée par un conjoint ou un ex-conjoint, tout le monde s'indigne, tout le monde se choque et tout le monde, hélas, s'étonne. Pourtant, au Canada, une femme est tuée tous les deux jours et demi. Mondialement, on estime qu'au moins une femme sur trois ayant été en couple a vécu des violences conjugales. Notre société souffre d'une profonde hypocrisie face aux violences faites aux femmes : on scande haut et fort qu'on les condamne, mais on refuse de voir leur ordinarité.

Des gestes « inexplicables »

Les hommes violents sont qualifiés de « fous », de « malades », de « monstres » parce qu'on considère leurs gestes inexplicables. « Faut vraiment être pas bien dans la tête ! » « Et puis pourquoi la femme reste ? » Encore de l'inexplicable. Ce genre d'attitude à l'égard des violences faites aux femmes est hautement problématique.

Le cocktail d'indignation (« ben voyons, ça a donc ben pas d'allure ! ») et d'incompréhension (« je comprends juste pas comment un homme peut en arriver là ! ») fait des violences faites aux femmes une fatalité : tout le monde est contre, mais on ne peut rien y faire. Cette façon de penser masque le continuum des violences conjugales et leur normalisation.

En effet, si quelques gestes poussés à leur extrême (la violence physique explicite et le meurtre) sont universellement condamnés (et encore, on parlera de « violence amoureuse » et de « crime passionnel »…), l'essentiel des comportements violents dans le couple est normalisé, voire romantisé.

C'est notamment ce que nous apprend la littérature sur le contrôle coercitif, qui présente le cœur de la violence conjugale non pas comme des coups, mais comme des comportements de contrôle rendus possibles et acceptables par des normes de genre oppressives envers les femmes.

Il faut voir la violence dans la masculinité, dans les normes sociales, dans l'idéal de l'amour romantique. Oui, il est masculin, il est viril de contrôler sa femme, parce que la masculinité est toxique.

« Je trouve ça cute quand t'es jaloux », avoue à son copain contrôlant la protagoniste de biens des films dits romantiques. « Je ne pourrais jamais vivre sans toi », « tu es à moi pour toujours », « sans toi je meurs », chantent nos radios. « Il m'aime tellement qu'il m'appelle 10 fois par jour. » « Quand tu aimes quelqu'un, tu veux passer tout ton temps avec lui. » « Si tu m'aimais vraiment, tu coucherais avec moi. » On nous a appris que l'amour est fusionnel, que le désir de contrôle des hommes est naturel, et que les femmes doivent se sacrifier pour leur « autre moitié ».

Les relations saines, dans notre culture, c'est un mouton à cinq pattes.

« Les autres », c'est nous

Malgré la normalisation des violences conjugales, on peine encore à reconnaître qu'il n'y a pas un « genre d'homme » auteur de violence. Plus précisément : les violences conjugales – comme les violences sexuelles d'ailleurs – sont commises par des hommes normaux. Mais plutôt que de s'attaquer à la racine du problème, en remettant en question les comportements de contrôle normalisés chez les hommes, on place l'homme violent dans la figure de « l'autre ».

Certaines réactions aux récents féminicides sont symptomatiques du narratif selon lequel la violence serait hors normes, du moins « chez nous ». « Les vrais hommes ne battent pas leur femme », « battre une femme, c'est lâche », « les vrais hommes ne violent pas », dit-on. Ah bon ? Alors nous sommes contrôlées, battues, violées par qui ? Des hommes synthétiques ?

Penser que les violences conjugales relèvent du « barbarisme » et des « peuples peu civilisés » – expressions très connotées qui évoquent l'image d'hommes violents racisés –, c'est refuser l'introspection qui est notre seule porte de salut face aux violences faites aux femmes. Il faut voir la violence dans la masculinité, dans les normes sociales, dans l'idéal de l'amour romantique. Oui, il est masculin, il est viril de contrôler sa femme, parce que la masculinité est toxique.

Une culture de la violence conjugale

Justement, l'expression « culture du viol » a été popularisée dans les dernières années pour mettre en lumière la normalisation des violences sexuelles, leur acceptabilité sociale. Et si on passe des lois, si on développe des budgets et si on assiste à des formations sur les violences sexuelles, le même travail n'est pas fait pour combattre la culture de la violence conjugale. D'ailleurs, où sont les cours d'éducation amoureuse ?

Attention, je ne veux pas dire que les choses sont gagnées du côté des violences sexuelles, ni que les deux problèmes sont étrangers l'un à l'autre (une grande part des violences sexuelles est commise par des conjoints ou ex-conjoints). Ce que je veux dire, c'est que nous avons beaucoup de pain sur la planche en matière de culture, un travail qui ne se résume pas à dire aux hommes « il ne faut pas frapper sa femme » et « allez chercher de l'aide pour gérer vos émotions ».

D'ailleurs, les hommes qui veulent combattre cette culture de la violence conjugale devraient commencer non pas en disant aux autres hommes « ne soyez pas comme ces fous qui tuent leur femme », mais en regardant en eux, en déracinant leurs idées reçues sur le rôle d'une « bonne blonde », et en examinant leurs propres réactions de contrôle, de possessivité et de dénigrement.

Il faut lutter en amont contre la violence conjugale dans ce qu'elle a de plus commun, de banal, d'invisible. Quand la femme est morte, c'est plus spectaculaire, mais c'est trop tard.

Article d'abord paru sur le site de La Gazette des femmes.

Photo : Collages Féministes Montréal

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca