|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > A l’assemblée des gilets jaunes à Commercy : « On va continuer parce qu’il y en (...)

A l’assemblée des gilets jaunes à Commercy : « On va continuer parce qu’il y en a marre de cette vie de merde »

Jeudi 7 février 2019, par Ludo Simbille

Après trois mois de contestation, des gilets jaunes tentent de structurer le mouvement. Une liste, déjà contestée, a été lancée en vue des européennes, tandis que des plateformes numériques ont été créées par plusieurs groupes et que des assemblées générales se réunissent à Toulouse, Lyon ou Caen. Il y aussi « l'assemblée des assemblées » de Commercy. Dans cette petite ville de la Meuse, plusieurs centaines de gilets jaunes venus de ronds-points aux quatre coins du pays se sont rencontrés les 26 et 27 janvier. Objectif : créer un modèle de coordination, entre apprentissage de la démocratie participative et prise de parole directe. La dynamique irriguera-t-elle le mouvement ? Reportage.

Article d'abord paru sur le site de Bastamag

Ils portent le désormais célèbre chasuble réfléchissant, sont alignés en rang devant une caméra – façon photo de classe – et font tranquillement circuler un micro. La mise en scène, très collective, sert de rampe de lancement à « l'Appel de la première "Assemblée des assemblées" des gilets jaunes ». L'allocution clôture deux jours de « rencontre nationale des gilets jaunes » à Commercy, dans la Meuse, les 26 et 27 janvier. 75 délégations issues de ronds-points un peu partout dans l'hexagone ont répondu à deux appels (ici et ) visant à poser les bases d'un « modèle démocratique de coordination aux échelles locales et régionales ».

Le premier jour, en poussant la porte de la salle de fêtes de Sorcy-Saint-Martin, à 10 km de Commercy, l'enthousiasme est palpable. « On aurait pu être mille si on n'avait pas refusé des gens ! », se réjouit Claude, l'animateur du jour. Ce gilet jaune commercien va distribuer la parole, jusque tard dans la nuit, à plus de 400 personnes, gilets jaunes et observateurs. « Il ne faut pas attendre monts et merveille de cette assemblée, prévient-il d'entrée. On va être humble, on ne peut pas prétendre représenter les gilets jaunes de France. On représente une idée qu'on va essayer d'expérimenter. Il s'agit de s'engager dans un processus par le bas. » Une fourmilière fluorescente s'agite dans la salle, chacun et chacune s'installe, finit son assiette de pâtes en sauce, boit un café, répond aux questions des nombreux journalistes présents.

« On s'est vite organisés en assemblée horizontale »

L'« AG des AG » peut enfin commencer. Action de péage gratuit, blocage de la circulation, assemblées populaires, occupations de dépôts d'essence… les différents participants présentent leurs actions menées depuis le 17 novembre : de Brest à Grenoble, de Dijon à Die dans la Drôme, en passant par la Lorraine, un tableau de la France en jaune se dessine : combative, créative, et largement féminine. Celle-ci marque souvent sa joie en agitant les mains, façon marionnette, en signe d'approbation. « C'est chouette que Nuit Debout ait tenu à Commercy, je n'étais pas au courant », ironise un gilet jaune provençal, en roulant une cigarette.

En Lorraine, les « Amajaunes », manifs de femmes « entourées d'hommes » se joignent régulièrement à la « marée jaune » locale, qui se déplace un samedi sur l'autre à Nancy (54), à Metz (57), à Épinal (88) ou en Meuse (55). Cette union des forces fait office d'exemple à suivre. Kevin, lui, arrive du Vigan dans les Cévennes. Environ 80 « GJ » agitent cette bourgade de 3000 habitants. « On s'est vite organisés en assemblée horizontale avec des commissions de travail sur la gouvernance politique, l'autonomie alimentaire, la sécurité sociale... », explique-t-il.

L'Île-de-France est venue en force - plus d'une dizaine de lieux représentés : Nanterre, La Courneuve, Rungis, Paris 19ème et 18ème... Deux jours auparavant, s'était tenue à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, une coordination francilienne pour préparer le rassemblement de Commercy. A Paris, c'est l'accès au logement, au « loyer exorbitant », qui apparaît comme une question prioritaire. « Nous, travailleurs pauvres, précaires, chômeurs, refusons que la capitale de la France soit réservée aux riches et à la caste des bobos », lance au micro une gilet jaune venu de Belleville, dans l'est parisien.

« Je suis jardinier dans une grande propriété au sud d'Orléans »

Répartition des richesses, violences policières, liberté de manifester, « convergence des luttes »... Ces thèmes, plutôt chers à la gauche, sont égrenés au fil de la journée. Aucune étiquette politique ou syndicale ni banderole n'est visible – pour « éviter toute récupération ». On croise des syndicalistes ou des militants associatifs. La question d'une alliance avec les organisations syndicales est régulièrement soulevée, alors qu'a été lancé un appel à la grève générale le 5 février. De fait dans certaines villes, des actions communes se sont déroulées avec des salariés, comme à Nantes ou à Rungis. A Commercy, certaines interventions bien rodées suggèrent la présence de militants aguerris, aux côtés de personnes moins rompues à l'exercice.

Quitte à contourner certains sujets sensibles ? « Je suis un parasite parce que je suis un groupe de un », plaisante un homme en pull gris qui prend la parole. Rires de la salle alors qu'il poursuit : « Je suis jardinier dans une grande propriété au sud d'Orléans. Bon, je pense que sur le RIC (Référendum d'initiative citoyenne, ndlr), on est tous d'accord… » Aux rires succèdent des huées qui l'interrompent. Stupéfait, le jardinier baisse son micro, avant qu'on ne lui retire. Le Référendum d'initiative citoyenne ne semble pas si consensuel que cela. Auparavant, un représentant de Nancy a rencontré plus de succès en présentant un « atelier RIC », destiné à modifier les textes de la Constitution par des mesures d'urgence.

« Il manque l'odeur de la palette ! »

Les déclarations s'enchaînent sur le rappel de valeurs communes : « Anti-racisme, anti-sexisme, anti-homophobie, anti-lesbophobie, anti-putophobie ». Tonnerre de mains agitées. Est-ce une manière de répondre à Emmanuel Macron, qui avait déclaré lors de ses vœux aux Français le 31 décembre « que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (…) n'étant en fait que les porte-voix d'une foule haineuse » ? Ou d'envoyer un message à la population, comme le suggère à sa manière une participante drômoise ? « La question, c'est comment on s'adresse aux gens normés qui travaillent toute la journée puis font dodo sans jamais réfléchir. Il faudrait penser à définir à ce que sont les gilets jaunes, et faire un texte là-dessus pour les éclairer. »

Pourtant, le soutien massif de l'opinion au mouvement – lancé au départ contre l'augmentation des taxes sur le diesel – incite plutôt à croire que « les gens » n'ont guère besoin d'une définition. Sous le barnum dressé à l'extérieur, un magasinier lorrain, qui n'a pu trouver du travail qu'en Suisse, sourit en écoutant les débats retransmis « Le ton est un peu monotone… Un peu prof, quoi. Il manque l'odeur de la palette ! » – de celles, justement, qui brûlent lors des occupations de ronds-points.

« Qu'il vienne, Macron, et on échange nos vies »

Pour retrouver cette ambiance, direction la « cabane » de Commercy, à quelques kilomètres de la réunion. Alain, Nadia, Daniel et Francesca se réchauffent les mains au-dessus d'un brasier. Pourquoi ne sont-ils pas à Sorcy, à l'assemblée ? « Nous donnons les indications routières aux invités, ils sont souvent paumés. Ce soir, peut-être ! » Hostile au mouvement dès le premier jour, la mairie ne semble pas goûter le « municipalisme libertaire » revendiqué par les gilets jaunes du cru. Sa conception du gouvernement local est plus policière : la destruction imminente de la cabane, où se tient l'assemblée quotidienne, vient d'être annoncée par l'édile, Jérôme Lefèvre (divers-droite), au démocratique motif que « ce ne sont pas les commerciens qui décident »… Une pétition contre l'évacuation a récolté plusieurs milliers de signatures dans cette ville de 6000 habitants.

Sous la pluie lorraine, les gilets jaunes de la cabane ne se laissent pas impressionner : « Ça fait trois mois qu'on se gèle ici, et on va continuer parce qu'il y en a marre de cette vie de merde. » Alain bosse dans les travaux publics, « de 5 heures du matin à 19 heures ». « Qu'il vienne, Macron, et on échange nos vies. Combien de temps il va tenir ? Les taxes, les mutuelles, l'électricité, l'eau ? Ici c'est Veolia, on paye deux fois plus qu'au bled d'à côté où c'est public ! » Chapeau sur la tête, Francesca acquiesce. Originaire d'Italie, elle raconte ses 54 ans fracassés par deux maris violents et alcooliques, à élever seule ses enfants, en passant d'un boulot à l'autre. Aujourd'hui, elle vivote avec une pension d'invalidité.

« Ce serait bien qu'on avance ! »

Pendant la discussion, riverains ou badauds passent dire bonjour. « Vous pensez quoi d'une liste gilets jaunes aux élections européennes ? » La réponse fuse, unanime : « Ça n'est pas une bonne idée. » Une voiture de gendarmerie passe. « C'est la vingtième fois depuis ce matin ! Ils payent pas l'essence, eux ! », lance Nadia, rigolarde. Mère de trois enfants, elle fait des ménages et peine à joindre les deux bouts. La nuit tombe sous la pluie fine de la Meuse. On éteint les braises. Direction la salle des fêtes de Sorcy.

A l'assemblée, les débats continuent de plus belle. « La vraie démocratie est sur les ronds-points », y affirme-t-on. Une manière de dire que le grand débat initié par le gouvernement est une « entourloupe ». En sourdine, puis de plus en plus fort, des participants soulignent que les échanges s'enlisent. Légitimité, souveraineté de « l'AG des AG » ? Ou pas ? La démocratie, même horizontale, trouve parfois elle-même ses limites. « On ne peut pas voter et entériner une liste de revendications qui n'ont pas été validées au niveau local », proteste quelqu'un. « Alors on se réunit deux jours à 300, et il n'en sort rien ? », répond un autre.

Les esprits s'échauffent sur l'incapacité à décider quelque chose : « Ce serait bien qu'on avance ! » Assentiment général. Impassible, un homme assis sur une table murmure pour lui-même : « On débat du débat sur le débat… »
Finalement, une décision collective est arrêtée : publier un manifeste commun.

« Eux, ils parlent, ils parlent, et ils ne font pas »

Alain, lui, semble satisfait : « Il fait plus chaud dans la salle que sur le rond-point ! » Il suit néanmoins les délibérations, un brin circonspect. « On parle beaucoup, mais qu'est-ce qu'on fait ? Action-réaction, non ? Ça manque un peu de lacrymogène ! » Il regrette que les centaines de personnes présentes pour cet « acte 11 » ne profitent pas de l'occasion pour une action marquante : une occupation d'usine, par exemple. On en compte plusieurs à une poignée de kilomètres dans cette région d'aciéries. Devant la salle, un jeune plombier, pilier de la cabane de Commercy, assure plus rudement qu'à l'intérieur, « ils ne sont pas comme nous ». On se permet de le contredire : tous sont gilets jaunes, tout de même ? « Oui mais eux, ils parlent, ils parlent, et ils ne font pas. »

Les « assembléistes » de Commercy continueront de parler le lendemain, dimanche, par groupes de travail plus informels, pour plancher sur un appel. Peut-être parce qu'une nouvelle démocratie ne se bâtit pas en 48 heures, mais souvent en décennies. Quoiqu'il en soit, chacun ici est conscient de la fragilité de « l'idée » et du « processus ». On retrouve cette humilité dans l'appel : « Nous, Gilets Jaunes, invitons chacun avec ses moyens, à sa mesure, à nous rejoindre. » Une prochaine « assemblée des assemblées » est prévue à Saint-Nazaire, dans deux mois. Un gilet jaune au pied marin, comme en atteste sa casquette, se dit comblé : « C'est super, même si ce n'est pas non plus l'appel du 18 juin ! » C'est celui de Commercy.

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca