|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Burkina Faso : L’or, un cadeau empoisonné ?

Burkina Faso : L’or, un cadeau empoisonné ?

Dimanche 9 juin 2013, par Geneviève Lavoie-Mathieu

Le 22 mars dernier, Talatou Boukari, représentant de la communauté d'Essakane, en collaboration avec l'organisation FIAN Pays-Bas était de passage à Wageningen pour faire connaître les effets néfastes de la compagnie minière canadienne IAMGOLD.

« Contrairement aux Canadiens, nous n'avons pas eu besoin d'un diplôme pour trouver l'or », a déclaré Talatou Boukari, président du conseil de développement du village d'Essakane, situé au Burkina Faso lors d'une conférence aux Pays-Bas.

Depuis plus de 25 ans, les travailleurs d'Essakane ont gagné leur pain en minant l'or de manière artisanale dans cette région. Mais à la suite de leur déplacement forcé pour faire place à la compagnie minière canadienne IAMGOLD, ils se voient maintenant refuser toute forme d'emploi.

« On a découvert l'or dans la région d'Essakane en 1985, a raconté le Burkinabé à l'Université de Wageningen. C'était une année de famine. L'or qu'on a découvert, c'était donc un cadeau de Dieu ».

En collaboration avec FIAN Pays-Bas, une organisation qui milite pour le droit à une alimentation adéquate, M. Boukari est venu parler de la situation critique à Essakane. C'était aussi l'occasion de présenter le nouveau film Prospérité sous terre, du réalisateur Ronnie Rodriguez en collaboration avec FIAN, qui raconte la lutte de cette communauté de près de 12 000 habitants contre le géant canadien IAMGOLD.

Favoriser le développement économique : à quel prix ?

Essakane est situé au nord-est du Burkina Faso dans la région aride du Sahel. Plus de 13 communautés y vivent, ce qui représente environ 2 600 foyers qui proviennent de différents groupes ethniques comme les Fulani, les Tuareg et les Sonraïs.

En 2003, à la suite d'une réforme des lois qui avait pour but de faciliter les investissements privés au pays, réforme adoptée sous le conseil de la Banque Mondiale, le Burkina Faso a vu sa production d'or monter en flèche. Entre 2007 et 2011, elle est passée de 5,5 tonnes à presque 33 tonnes extraites annuellement.

À partir du début des années 2000, IAMGOLD s'est vu octroyer plus de 10 000 hectares à Essakane pour l'exploitation industrielle de l'or, ce qui en fit le projet minier le plus important au pays.

Talatou Boukari a expliqué que l'arrivée de la minière canadienne a provoqué de grands bouleversements pour les quelque 13 000 habitants de cette communauté rurale. Le gouvernement a d'abord fait pression sur ceux-ci pour qu'ils acceptent d'être déplacés. Selon les dires de M. Boukari, IAMGOLD et le gouvernement leur ont promis de nouvelles terres, des maisons et des emplois ; bref, la promesse d'une vie meilleure. Mais cette promesse ne s'est jamais matérialisée, comme l'expose le documentaire.

Modes de vie chamboulés

La communauté est insatisfaite puisque maintenant les activités minières ont un impact grave sur leur mode de vie traditionnel. Les activités minières interfèrent avec les activités agricoles et de l'exploitation artisanale de l'or.

Les activités maraîchères ont également été relocalisées dans des zones moins fertiles. Ceci a eu pour résultat une baisse des dernières récoltes de sorghum, une céréale qui constitue l'un des aliments de base de cette région. Ces récoltes ont diminué de plus de 90 % explique Nikita Shahbazi de FIAN Pays-Bas, ce qui est loin d'être suffisant pour subvenir à leurs besoins.

L'accès à l'eau est aussi devenu problématique. Alors qu'auparavant la communauté disposait de plus de 2 000 puits artisanaux, la compagnie minière leur fournit maintenant un seul camion-tank d'eau potable par jour, ce qui ne comble pas tous les besoins.

Plusieurs craignent aussi les risques de contamination environnementale et par les métaux lourds comme c'est le cas en Bolivie ou aux Philippines. M. Boukari explique à cet effet que les employés de IAMGOLD ont dit aux éleveurs « que si leurs animaux broutaient dans les zones rapprochées de la mine, ils seraient contaminés et donc impropre à la consommation ».

Ce n'est pas tout : IAMGOLD planifie l'expansion de cette mine. Cela pourrait impliquer pour les habitants d'Essakane un autre déplacement prochain. Plus de 600 permis ont été octroyés depuis 2003, et il y a plus de quatre autres projets miniers en cours ou à venir d'ici 2014.

Justice et droits humains oubliés

Pour FIAN Pays-Bas, la manière dont IAMGOLD gère les opérations représente une importante brèche au niveau des droits humains, dont notamment celui du droit à une alimentation saine et adéquate, à l'accès à l'eau, à un logement, à un environnement sain, à l'éducation et à un emploi. Pour remédier à la situation, FIAN aide la communauté d'Essakane, en jouant un rôle d'observation et de surveillance dans les discussions en cours entre le gouvernement burkinabé et la compagnie IAMGOLD pour essayer de trouver un accord commun.

Plus de 90 % des revenus de l'or s'envolent vers le Canada, et bien que les communautés locales d'Essakane et des environs ne soient pas entièrement contre les opérations minières, elles demandent leur juste part des profits.

Crédit photo : Nikita Shahbazi de FIAN

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

La comparaison entre les hauts faits du duvaliérisme et les actions de Jovenel Moïse fait émerger des ressemblances troublantes.

Sous la bannière de la « souveraineté numérique », une UE divisée à l’intérieur s’apprête à s’attaquer à « America First » et au programme chinois de « double circulation ».

La crise du coronavirus a rendu visible et consciente une rupture majeure, intervenue déjà depuis plusieurs décennies et que nul ne voulait considérer ni a fortiori admettre : la décolonisation, puis la chute du mur de Berlin, et surtout les progrès de la mondialisation, des échanges, des transports et des communications avaient conduit à une mutation profonde de l’idée même de sécurité. La vieille idée, souvent obsessionnelle, de sécurité nationale s’effaçait progressivement pour laisser la place à la sécurité globale. Gouvernants et gouvernés avaient du mal à voir cette réalité en face, tant (...)

L’Iran et la Turquie partagent une longue et riche histoire qui remonte à l’époque des empires perse et ottoman, et ces deux pays jouent encore un rôle géopolitique de premier plan au Moyen-Orient. J’ai discuté avec Vahid Yücesoy, doctorant en sciences politiques à l’Université de Montréal et spécialiste de la politique iranienne et turque, des principaux enjeux politiques de ces pays, en particulier en ce qui concerne la viabilité démocratique et les droits de la personne.

Tout laisse à penser que le Brésil dépassera sous peu le nombre de morts enregistré aux États-Unis, à cause du je-m’en-foutisme du gouvernement de Bolsonaro. La situation s’est aggravée, les hôpitaux manquent terriblement d’oxygène et de lits. Bolsonaro est atteint de thanatomanie, une tendance pathologique à jouir de la mort d’autrui.

C’est peu dire que les memes ont réussi, en quelques années seulement, à se hisser au rang d’élément incontournable de la culture web 2.0, et plus particulièrement des contre-cultures underground de forums parfois sulfureux, comme 4chan, Reddit ou le plus tempéré 9gag. Dès qu’une image frappe, d’une manière ou d’une autre, les internautes s’empressent de se la réapproprier pour la détourner, dans cet art du bricolage postdigital [1] qui caractérise désormais nos sociétés, où techniques numériques et vie extranumérique s’entremêlent de manière parfois chaotique. Bernie Sanders n’a pas fait exception (...)
Narayan Gaikwad a déjà adressé 250 cartes postales au premier ministre indien Narendra Modi et compte en envoyer 300 de plus. Dans sa missive soigneusement composée, il s’est efforcé d’attirer l’attention sur la crise agraire massive qui sévit en Inde depuis des décennies et a demandé l’abrogation de trois réformes agraires adoptées à la hâte par le Parlement indien en septembre 2020. «  Les paysans obtiennent rarement un prix équitable pour leurs produits et ces lois rognent jusqu’au prix minimum de soutien auquel nous avons normalement droit  », explique l’agriculteur septuagénaire du district (...)

Tout juste 20 ans après son 1er RDV à Porto Alegre, le FSM vient de se réunir virtuellement, Covid 19 oblige, durant 9 jours. Presque 800 activités étaient proposées pour plusieurs milliers de participants en provenance de tous les continents. L’altermondialisme continue sur la Toile de tracer son chemin pour un « autre monde possible » malgré la pandémie et l’indifférence médiatique.

Alors que le confinement n’en finit plus, plusieurs se demandent si nous sortirons un jour de cette pandémie qui ne cesse de s’étirer et dont on annonce la prolongation par de nouveaux variants, plus terribles encore que la souche originelle. Pourtant la création de vaccins à une vitesse record a donné un certain espoir. Mais celui a rapidement été réduit par la lenteur avec laquelle on les transmet à la population. Autant ces vaccins ont été de véritables miracles technologiques, autant leur distribution demeure grandement problématique : lenteur inespérée de la vaccination, incapacité de (...)
Vous avez sans doute été autant estomaqués que moi devant les résultats de l’élection aux États-Unis. En dépit de tout ce qu’on sait sur Donald Trump, presque un.e Étatsunien.ne sur deux a voté pour lui. La victoire de Joe Biden, bien que claire, semble fragile : moins par le refus de Trump de céder sa place que par son puissant effet d’entrainement sur une partie de l’électorat, dont le mécontentement ne cessera probablement pas. Le grand tour de force de Trump, on l’a dit mille fois, est de faire croire que ses propres intérêts correspondent à ceux de toutes les personnes qui l’appuient, peu (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca