|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > La communauté internationale a des intérêts cachés dans les élections (...)

La communauté internationale a des intérêts cachés dans les élections haitiennes

Vendredi 26 mars 2021, par Samuel Celiné

C'est une question d'argent surtout

Malgré certaines dérives du pouvoir en place dénoncé pour son autoritarisme, malgré la crise politique et la montée de l'insécurité, des acteurs de l'international ne jurent que par l'organisation d'élections dans le pays en 2021. Ils soutiennent même un référendum pour changer la Constitution, ce qui est interdit par l'actuelle Loi mère du pays.

Dans un rapport de seize pages confié au Conseil de sécurité des Nations unies le 11 février 2021, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti confirmait cet appui.

Comme l'ONU, l'ambassade des États-Unis en Haïti se montre en faveur des élections. L'ambassade n'a pas voulu faire de commentaires sur cette velléité, mais renvoie à un tweet du porte-parole du département d'État, Ned Price, en date du 2 mars 2021. « Il incombe au gouvernement d'Haïti d'organiser des élections en 2021 qui sont libres, justes et crédibles », affirmait-il.

Outre le « sauvetage » de la démocratie, l'international a aussi des intérêts économiques dans l'organisation des élections en Haïti, selon Gracien Jean. « Dans la démocratie, les élections sont un marché », rappelle le politologue qui souligne que cette communauté internationale a des experts à payer et des matériels à vendre pour l'organisation des joutes.

Les élections de 2021 coûteront 120 millions de dollars. L'Etat participera à hauteur de 40 millions, et l'international contribuera pour 80 millions. Ce coût exorbitant est le plus haut sommet d'une courbe qui a commencé depuis quelques années. En 1995, les élections avaient coûté 19 millions de dollars, et 34 millions en 2010. En 2016, le coût s'élevait à 60 millions.

Sauf à quelques rares occasions, comme en 2000 et 2016, c'est en majeure partie la communauté internationale qui finance les joutes électorales.

Intérêt économique

Dans les élections haïtiennes, le coût moyen par électeur est très élevé. En 2006, selon l'économiste Etzer Emile, ce montant était de 14 dollars américains alors qu'il était de 1,2 dollar au Chili, 1,8 dollar au Costa Rica, 2,3 dollars au Brésil et de 4 dollars en France.

Pour Etzer Emile, l'inexistence d'un système électoral dans le pays peut, en majeure partie, expliquer ce phénomène. « À chaque nouvelle élection, il faut repartir de zéro. Le pire est que l'on opte pour des solutions logistiques hors de prix pour mieux surfacturer », dénonce l'économiste.

Si la plupart des autorités haïtiennes sont corrompues, l'international a lui aussi ses intérêts dans les prix élevés du processus électoral. Etzer Emile rappelle qu'une institution comme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui d'habitude gère les fonds électoraux en Haïti, a tout intérêt à voir grossir les chiffres.

Les frais de gestion de cette institution se situent entre 8 % à 14 % du montant à gérer. Donc quand le coût grimpe, le PNUD voit augmenter ses frais de gestion.

Pour le professeur Camille Chalmers, sociologue, ces sommes astronomiques sont un « avilissement » pour le système électoral haïtien. Il estime que ce « projet d'avilissement » a été porté par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, qui est responsable si aujourd'hui les Haïtiens n'ont aucune confiance dans le système électoral.

Aujourd'hui, les élections en Haïti ne sont pas une affaire de vision, de projets nationaux et de politiques publiques, mais une question de marchandage, regrette le professeur qui parle d'un « vaste marché d'achat et de vente de bulletins, de mandataires et de responsables de bureaux de vote ».

Camille Chalmers estime qu'il est nécessaire de repenser le système électoral haïtien afin de le libérer de l'emprise de l'argent.

Sauver la face

Les acteurs internationaux impliqués en Haïti veulent sauver la face devant le reste du monde. C'est ce que croit Jean Hector Anacacis qui dirige le parti politique LAPE. Pour lui, après avoir pris position pour la fin du mandat du président en 2022, la communauté internationale a grand intérêt à ce que les élections se tiennent en 2021, avec Jovenel Moïse, afin qu'il puisse laisser le pouvoir en 2022.

Le politologue Gracien Jean partage l'idée que l'international a peur d'un éventuel échec en Haïti, s'il ne parvient pas à renouveler le personnel politique d'ici à 2022. Il rappelle que la démocratie portée par les États du nord est en crise au niveau mondial et ne fait pas l'unanimité partout.

La réticence des acteurs politiques d'Haïti à avancer et achever la transition vers cette démocratie, risque de replonger le pays dans la dictature, analyse le politologue. Cela serait le signe de l'échec de ces pays sur le terrain.

Selon le politologue, la communauté internationale est habituée à faire face à une opposition sans alternative en Haïti. C'est pourquoi, malgré le fait que « le pays soit mal dirigé », elle ne fait guère attention aux revendications de cette opposition qui était au pouvoir il y a quelques années, et n'a pas mis le pays sur la route du progrès. « Ils connaissent le terrain et savent que les acteurs n'ont jamais de projets pour le pays », lance-t-il.

Une société civile sous contrôle

La phobie de l'échec pousse parfois l'international à imposer ses visions de manière très cavalière en Haïti. Dans le processus électoral haïtien, les organisations de la société civile participent d'habitude dans des campagnes de sensibilisation, dans l'observation de la journée de vote jusqu'aux résultats. Ce rôle est possible grâce au financement de l'international aux organisations de la société civile.

Edouard Paultre est responsable du Conseil national des acteurs non étatiques (CONHANE). Cette organisation de la société civile a l'habitude de répondre à des appels à propositions des instances internationales, dans le but d'observer des élections en Haïti.

Il assure qu'au nom du principe « qui finance commande », ces instances cherchent souvent à orienter les travaux d'observation de la société civile haïtienne.

« L'international a refusé de financer les observations de 2016, parce que nous avons fourni des rapports qui lui déplaisaient sur le déroulement des élections de 2015 », lance Edouard Paultre. Lors de ces élections, les organisations de la société civile ont dû utiliser les moyens du bord pour accomplir leur travail d'observation.

Le problème, selon Edouard Paultre, c'est qu'en Haïti la société civile peine à mobiliser la jeunesse pour des actions de volontariat en faveur du pays, à cause de la précarité des citoyens.

En 2015, un article du journaliste Jake Johnston d'Al Jazeera America révélait que l'USAID avait financé à hauteur de 100 000 dollars américains la campagne électorale de Joseph Michel Martelly en 2011. Cela a été possible grâce à des structures de la société civile, créées pour les besoins de la cause.

Article d'abord paru sur le site d'Ayibopost

Photo : Robin Canfield sur Unsplash

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca