|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > De grands oubliés de la pandémie : les personnes sans statut

De grands oubliés de la pandémie : les personnes sans statut

Vendredi 10 avril 2020, par Coralie Hodgson

Sans statut légal depuis 2018, Abdoul* vit dans une peur et une instabilité constantes. Avec l'arrivée de la pandémie de COVID-19 et en l'absence d'appui financier du gouvernement, sa précarité prend aujourd'hui une ampleur critique.

« Notre situation était déjà compliquée avant que cette épidémie frappe », explique Abdoul, rejoint par téléphone. « Là, c'est le coup de grâce pour beaucoup. On se sent complètement oubliés de tous les côtés ».

Depuis 2018, le jeune Guinéen a occupé toutes sortes d'emplois pour subsister : construction, déménagement, sécurité, livraison de meubles, travail d'entrepôt. Des emplois temporaires et « sous la table », qui l'ont souvent assujetti à l'abus d'employeurs qui refusaient de lui payer l'argent promis — et menaçaient souvent de le dénoncer aux autorités s'il s'en plaignait.

À l'heure actuelle, la fermeture des services non essentiels a pratiquement éliminé les opportunités de travail pour Abdoul. « Il n'y a pas un jour où je ne cherche pas, où je ne vais pas sur Kijiji. Mais il n'y a absolument rien », déplore-t-il. Rien, sinon des annonces de demandeurs d'emploi créées par des personnes dans la même situation que lui.

Pour la suite des choses, Abdoul n'a aucune idée de comment il va faire. Malgré sa situation, il est récalcitrant à fréquenter les banques alimentaires. « Je me méfie beaucoup. J'ai toujours la peur de me faire demander une pièce d'identité, et de me faire arrêter », confie-t-il. Pour Anna Pringle, membre de Solidarité sans frontières, il serait d'ailleurs important que toutes les banques alimentaires — comme l'a fait le gouvernement du Québec en assurant des services de santé pour les personnes sans statut et aux personnes à statut précaire qui n'ont pas la carte soleil – puissent assurer aux personnes que leur identité ne sera pas contrôlée afin d'éliminer cette peur.

Alors que des mesures d'aide financière pour « les personnes plus vulnérables » ont été annoncées par le gouvernement fédéral, l'aide pour les personnes sans statut se fait toujours attendre. Pour tenter de pallier cette absence d'aide économique, l'organisme Solidarité sans frontières organise présentement une campagne de sociofinancement. Abdoul s'estime donc chanceux d'avoir pu recevoir un peu de cette aide, ce qui lui a permis de payer son loyer du mois d'avril et de s'acheter de la nourriture.

Stress et solitude

« Avant d'être dans cette situation, j'étais un peu comme monsieur Tout-le-Monde », se remémore Abdoul, venu il y a cinq ans au Canada à titre d'étudiant étranger. Suite à l'expiration de son permis d'études, on lui a refusé sa demande de rétablissement de statut en 2018. D'une nature très sociable, il a depuis vu la peur de se faire dénoncer le pousser à se replier sur lui-même.

Cette solitude, renforcée par la mise en place des mesures de confinement social, est un peu allégée lorsqu'il entre en contact avec d'autres personnes sans statut qui utilisent les services de Solidarité sans frontières. « C'est des gens qui partagent les mêmes peines, les mêmes douleurs que nous. On se sent un peu moins abandonnés », affirme-t-il.

L'organisme Accueil Liaison pour arrivants (ALPA), qui accompagne beaucoup de demandeurs d'asile et de personnes sans statut, a pour sa part dû adopter un virage technologique avec l'arrivée de la pandémie. Selon la directrice par intérim de l'organisme, Alia Hassan-Cournol, des rencontres derrière un écran ou par téléphone peuvent cependant ralentir l'établissement du lien de confiance. Pour elle, ce lien de confiance est d'autant plus important à établir avec des personnes qui vivent souvent des traumas, et dont l'anonymat doit être préservé en raison de leur statut, ou pour leur sécurité.

Mme Hassan-Cournol insiste sur les fortes répercussions psychologiques de la crise actuelle sur les migrants — avec et sans statut. En plus du stress lié au fait d'immigrer, il y a celui de composer avec l'instabilité financière et sanitaire, avec la difficulté de ne pas savoir ce qui se passe dans le pays d'origine en temps de pandémie en raison du manque de transparence de certains gouvernements autoritaires, et celui de ne pas pouvoir aider leurs familles financièrement.

Des données de la Banque mondiale indiquent d'ailleurs que les fonds que les travailleurs envoient à leur famille depuis l'étranger représentent plus de 500 milliards de dollars par année. Si ces personnes n'ont plus de revenus, « ça peut signifier qu'il y a des enfants qui ne vont pas à l'école, ou des maladies qui ne sont pas soignées dans le pays d'origine », illustre M. Crépeau, professeur à la faculté de droit de l'Université McGill et ancien Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l'homme des migrants.

Régulariser le statut de tous ?

Bien qu'on estime qu'il y ait plusieurs centaines de milliers de personne sans statut au Canada, il n'y a aucun chiffre officiel à cet effet. Les États-Unis font figure d'exception, car chaque État a intérêt à dénombrer « tous les corps vivants à l'intérieur de leurs frontières » lors du recensement afin de recevoir plus de subventions fédérales, explique M. Crépeau. Le professeur croit que pour la majorité des pays du monde, il est beaucoup plus confortable de ne pas avoir de chiffres officiels : ainsi, les ministres n'ont pas à rendre de comptes sur l'augmentation ou la diminution des ces chiffres.

Si les personnes sans statut contribuent indéniablement à l'économie canadienne, pourquoi ne pas régulariser leur statut, comme le réclament depuis des années les organismes qui accompagnent ces personnes ? Pour M. Crépeau, le Canada est « addict au cheap labor ». Régulariser les personnes sans statut impliquerait augmenter leurs salaires, et ainsi devoir subventionner certains secteurs de l'économie qui dépendent de leur travail à rabais.

« On compte sur la peur que crée un statut de sans papier, pour faire en sorte que les migrants ne se plaignent pas, ne mobilisent pas, ne se syndiquent pas, et qu'on puisse continuer à les exploiter », lance-t-il. Si cette exploitation était au départ involontaire, M. Crépeau croit qu'il s'agit aujourd'hui d'une stratégie industrielle.

Des syndicats qui commencent tranquillement à s'intéresser aux travailleurs sans statut —notamment dans le milieu agricole aux États-Unis — est selon M. Crépeau un pas dans la bonne direction. « En ce moment, les syndicats sont en perte de vitesse. Ils pourraient récupérer de la vitesse en se mettant au service des gens qui sont dans la même niche économique que les travailleurs industriels pour lesquels ils ont été créés au 19e siècle. » Le professeur croit cependant que ces changements menant à la régularisation vont arriver graduellement, mais pas à court terme.

Pour Abdoul, si la situation liée à la pandémie de coronavirus continue telle qu'elle l'est présentement, certaines personnes sans statut risquent de ne pas s'en sortir indemnes. Au-delà de la crise actuelle, Abdoul insiste cependant sur le fait qu'octroyer un statut signifie également donner une dignité aux gens. « J'aimerais juste avoir le droit d'être comme monsieur Tout-le-Monde », évoque-t-il. « Avoir le droit de sortir le matin sans peur, de travailler, et avoir le droit de rentrer calmement chez soi, sans regarder de gauche à droite chaque fois que j'entends une sirène de police ».

* Le nom a été changé pour des raisons de confidentialité.

Crédit photo : Adam Nieścioruk sur Unsplash

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

Avez-vous déjà entendu parler de jean tueurs et d’employés qui meurent assassinés par les vêtements qu’ils vendent ? Le slasher ​Slaxx​ nous transporte dans un univers entre comédie d’horreur, gore sanglant et critique engagée de l’industrie de la fast fashion​ (mode jetable). Réalisé par la cinéaste montréalaise, Elza Kephart (Graveyard Alive : A Zombie Nurse in Love, 2003), ce film est né d’une idée discutée lors d’un road trip avec des amis, dont la co-scénariste Patricia Gomez Zlatar. « C’est parti d’une idée hilarante de pantalons tueurs ! », se souvient la réalisatrice. « À ce (...)

Depuis le 4 août, le Liban n’est plus le même. C’est un pays durement affecté, en lambeaux, en débris. Les terribles explosions dans le port de Beyrouth, capitale libanaise, ont causé la mort de 200 personnes, fait plus de 6000 blessé·es et une destruction d’immeubles s’élevant à plus de 85 000 logements et commerces abîmés. Tous les Libanais·es ont perdu quelque chose, le trauma est collectif et cette catastrophe est une cicatrice de plus dans la mémoire de cette ville depuis longtemps défigurée par guerres et ruines, ville meurtrie s’il en est. La vie politique du Liban était déjà fortement éprouvée par une économie ravagée par une crise sévère, la plus importante depuis des décennies, et par un mécontement profond et une perte de confiance de la population face au gouvernement. Le Journal des Alternatives a réalisé une entrevue avec Myra Abdallah, de la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité (AFE), qui nous parle de la colère ambiante face à l’incurie des pouvoirs en place et témoigne de la dernière année en termes de soulèvements populaires et de mobilisation citoyenne.

La sortie du documentaire sur la vie du mercenaire québécois Raymond Boulanger diffusé sur Crave [N.D.L.R : à la mi-août ] arrive lors d’une période extrêmement difficile pour la Colombie : l’intensification sans précédent, depuis 2016, des massacres de masse. Ainsi, un 5e épisode pour la série serait de mise sur les conséquences du commerce international des drogues et des armes sur la population colombienne. En pleine pandémie mondiale, le 21 août 2020, le pays s’est réveillé avec la nouvelle d’un quatrième massacre en moins d’une semaine : 5 mineurs ont été assassinés à Llano Verde (Cali, (...)

« Déboulonner/Démanteler les statues » d’hommes blancs est juste car ils ont conçu, conceptualisé, encouragé, organisé, la traite, l’esclavage et la colonisation, et dès lors, justifié la déportation d’Africain·es, leur mise en esclavage et leur statut « d’objet », autorisé l’exploitation, la torture, et la mort des corps et des ressources, fait du ventre des femmes noires un capital, interdit qu’iels fassent famille, imposé le Code Noir, le Code de l’indigénat, le vol, le pillage, détruit des villes, des universités, des temples, au nom d’une civilisation « supérieure ». L’espace public doit être libéré de leur présence.

Dimanche 23 août 2020, Rusten Sheskey, un policier de Kenosha (Wisconsin) tire sept fois dans le dos de Jacob Blake, un jeune homme noir de 29 ans. Alors que les mobilisations contre les violences policières embrasent le pays, des centaines de personnes s’unissent dans les rues de la ville pour dénoncer l’attaque à caractère raciste subie par Blake lors de son interpellation. Mercredi 26 août, les joueurs des Milwaukee Bucks, la principale équipe de l’État, tous sports confondus, refusent d’entrer sur le parquet, conduisant à l’annulation d’un match de play-offs à très forte audience. La (...)

En décembre 2014, l’Assemblée générale de l’ONU a proclamé dans sa Résolution 68/237 la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024). Cette Décennie aurait dû avoir pour but d’encourager les États à éradiquer les injustices sociales produites par l’histoire et de lutter contre le racisme basé sur la race, les préjugés et les discriminations raciales dont les personnes d’ascendance africaine et les Africains sont toujours victimes. Cela aurait aussi été l’occasion de mettre en discussion et en acte la question des réparations. Mais une fois de plus, cela a été impossible ; pourtant, en décembre dernier, certains Etats semblaient prêts à proposer une résolution sur les réparations. Pour l’instant, rien n’a bougé [1]…

Le 6 août 2020, un philosophe d’une grande richesse et d’une grande intransigeance est parti. Durant son parcours, Bernard Stiegler a voulu rendre compte de la folie de ce monde – à sa manière. Toute barbarie est à craindre pour celui qui l’observe. Mais elle est aussi à « panser ». Car tout poison exige un remède pour celui qui sait réparer, cicatriser des blessures. Pour s’en convaincre, il suffit de relire Nietzsche et son diagnostic sans appel à la fin du XIXe siècle : l’époque est malade ; plus précisément l’humanité est malade d’elle-même ; encore faut-il qu’elle puisse penser ce mal qui la (...)
David Graeber est mort à l’âge de 59 ans [1]. Auteur de renom et militant anarchiste, il laisse derrière lui un grand nombre d’écrits, principalement campés en anthropologie économique et politique. À l’automne 2010, le Royaume-Uni tout entier était tourné vers les luttes étudiantes qui tentaient de s’opposer à une hausse massive des frais de scolarité que venait d’imposer le gouvernement conservateur de David Cameron [2]. Des contestations juridiques bloqueront la réforme jusqu’en 2012 [3]. En février 2011, j’ai décidé d’écrire à David Graeber de manière un peu impulsive, pour lui demander son (...)
La tenue du Sommet mondial de la fiscalité, organisé par TaxCOOP la semaine du 13 octobre, devait relever deux importants défis. D’abord réaliser un événement entièrement en mode virtuel, une contrainte imposée par un confinement généralisé. Puis défendre une fiscalité plus équitable, forcément à la hausse pour les individus les plus riches et les grandes entreprises. Pour y arriver, le sommet a profité d’une organisation admirable d’efficacité, en dépit de quelques pépins survenus inévitablement en cours de route. Dans son film Rapide et dangereuse, une course vers l’abîme, présenté pendant (...)
En apparence, la crise sanitaire que nous vivons n’a rien à voir avec la crise économique des années 2007-2008. Pourtant ces deux cas ont révélé des failles majeures dans notre système économique. Entre autres, les effets pervers de la dérèglementation, qui a d’abord mené à l’écroulement du secteur financier. Celle-ci a aussi contribué à la grande fragilisation de nos écosystèmes et à l’affaiblissement des services de la santé, deux importants facteurs qui ont provoqué et aggravé la crise que nous vivons. Il découle de ces deux crises un grand mea culpa. Pendant la Grande Récession, on se disait, (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca