|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Qui a tué Marielle ? La famille Bolsonaro, les miliciens… et notre bon (...)

Qui a tué Marielle ? La famille Bolsonaro, les miliciens… et notre bon Ueli

Jeudi 7 février 2019, par Gustavo Garaphuns

Publié d'abord sur le site de A l'encontre

Mardi 22 janvier Jair Bolsonaro a fait son premier discours à l'étranger à Davos, devant un parterre de CEO alléchés par le tournant ultralibéral et autoritaire que le président brésilien – ou plutôt son équipe, un mix de militaires et d'investisseurs ultralibéraux – commence à imposer au plus grand marché d'Amérique latine.

Le même jour, la presse brésilienne annonçait l'arrestation de cinq suspects liés à l'assassinat de Marielle Franco. Elle révélait aussi les liens entre un milicien soupçonné d'avoir commandité l'exécution de la militante et Flávio Bolsonaro, le fils de l'actuel président brésilien [1]. Des nouvelles que la grande presse suisse n'a pas cru bon de relayer.

La piste des milices. Conseillère municipale à Rio de Janeiro et militante du PSOL (Parti socialisme et liberté), Marielle Franco enquêtait sur le rôle des milices à Rio et leurs liens avec la police et le pouvoir politique. Elle a été assassinée, ainsi que son chauffeur Anderson, le dimanche 18 mars 2018.

Le 22 janvier, cinq hommes suspectés d'avoir organisé et participé à son assassinat ont été arrêtés. Tous seraient liés aux milices qui sévissent dans la communauté de Rio das Pedras (zone ouest de Rio). L'un d'entre eux, Ronaldo Paulo Alves Pereira, est major au sein de la Police militaire (PM) de Rio ; un autre, Maurício Silva da Costa, est un lieutenant, retraité, de la PM – une illustration de plus des liens étroits entre une police ultraviolente et les milices mafieuses qui mettent des quartiers entiers sous leur coupe – et pas seulement dans les favelas. Des milices « connues pour exterminer, torturer, menacer, extorquer, laver de l'argent et commettre encore d'autres crimes contre la population des communautés » [2]. Il faudrait rajouter à la liste l'accaparement d'habitations et de terres en zone urbaine.

Décoré par Flávio Bolsonaro . La police recherche activement huit autres suspects dont Adriano Magalhães da Nóbrega. Cet ex-capitaine du Bataillon d'opérations spéciales (Bope) de la police carioca – dont les méthodes ultraviolentes ont été révélées au public international par les films Tropa de elite (I et II) – serait le chef de la milice de Rio das Pedras, une des organisations criminelles les plus dangereuses à Rio.

Or selon les informations révélées par la presse brésilienne, Adriano Magalhães da Nóbrega semble avoir une relation privilégiée avec le fils du président brésilien. En 2003, Flávio Bolsonaro, alors député à l'Assemblée législative de Rio, a rendu un hommage appuyé au milicien, allant jusqu'à lui accorder la plus haute distinction du pouvoir législatif, la Médaille Tiradentes. Ce n'est pas tout. Selon un reportage réalisé par le journal O Globo, la mère et la femme du milicien ont travaillé pour le cabinet de Flávio jusqu'en novembre dernier. La maman, Raimunda, touchait un salaire de 6490.35 reais, dont elle repassait une partie à l'ancien chauffeur de Flávio – et ami de longue date de Jair Boslonaro – , Fabrício Queiroz. Fabricio Queiroz est aujourd'hui suspecté d'être un prête-nom dans une affaire de lavage d'argent et de corruption qui touche Flávio Bolsonaro depuis plusieurs semaines.

Des liens qui ne datent pas d'hier. La sympathie de la famille Bolsonaro pour les miliciens n'est pas nouvelle. L'actuel président brésilien a fait l'éloge publiquement, à plusieurs reprises, de ces groupes organisés, liés à la police, qui sèment la terreur à Rio de Janeiro. En 2006 et 2007, son fils Flávio a affirmé, au cours de discours tenus à l'Assemblée législative de Rio, que « la milice n'est rien d'autre qu'un groupe de policiers cherchant à extraire ce qu'il y a de pire au sein des communautés : les criminels ». Il avait aussi affirmé « ne pas comprendre cette persécution » [des miliciens] et s'était opposé à l'instauration de la commission d'enquête sur la question à laquelle participait Marielle Franco, avant d'être assassinée…

Soutien des milices au « capitaine » Wilson Witzel. Le 25 janvier, l'hebdomadaire Carta Capital apportait un nouvel élément pointant les liens entre le clan Bolsonaro et les milices. Selon l'hebdomadaire, les habitants des favelas de Rio das Pedras auraient été poussés par les miliciens, sous des menaces de mort, à voter en faveur de Wilson Witzel, alors candidat au poste de gouverneur de l'Etat de Rio de Janeiro pour le Parti social-chrétien (PSC). La candidature de Wilson Witzel, dit « le capitaine », a fait un bond après qu'elle a reçu le soutien du clan Bolsonaro, dans la dernière ligne droite du premier tour. Flávio a participé à plusieurs meetings électoraux aux côtés de M. Witzel. Ce dernier, élu gouverneur le 28 octobre dernier, a incité publiquement les policiers à tirer « dans la tête des bandits » [3].

La révélation des liens entre son fils Flávio, qui a été élu sénateur lors des dernières élections, et les paramilitaires a semé un certain trouble chez le nouveau président brésilien. D'autant plus qu'elle s'ajoute à des accusations sérieuses et étayées de corruption contre Flávio.

Interpellé par la presse, Flávio Bolsonaro a affirmé qu'il n'était pas au courant des suspicions qui pesaient contre Adriano da Nobrega lorsqu'il lui avait rendu hommage. Il a aussi « condamné » les activités des milices à Rio de Janeiro et affirmé qu'il ne renoncerait pas à sa charge de sénateur – qu'il endossera le 1er février[4].

Circulez, Ueli n'a rien à voir. Le « président » – sans cornes ou avec ? – de la Confédération suisse, Ueli Maurer, a rencontré M. Bolsonaro le 23 janvier à Davos. Très discret sur cette entrevue, il a cependant glissé que sont rôle n'est pas de « critiquer les autres pays » [5]. Bien entendu. Grand patriote, le président UDC a certainement à cœur de favoriser les entreprises suisses alléchées par le vaste programme de privatisations annoncé par l'ultralibéral ministre brésilien de l'économie, Paulo Guedes. Et on tendra vainement l'oreille pour tenter d'entendre une once de critique du côté de ses collègues « socialistes », Alain Berset et Simonetta Sommaruga.

[1] O Globo, Folha de São Paulo, Estado de São Paulo, éditions des 22 et 23 janvier 2019.

[2] Brasil de Fato online, 23 janvier 2019.

[3] https://www.cartacapital.com.br/politica/eleicao-de-witzel-no-rio-uniu-flavio-bolsonaro-e-milicia-denunciada/?utm_campaign=newsletter_rd_-_25012019&utm_medium=email&utm_source=RD+Station

[4] Estadao de São Paulo, 25 janvier 2019.

[5] Le Temps, 25 janvier 2019.

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca