|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Le « cadeau » d’Evo à Salvini… et au « frère » Bolsonaro

Le « cadeau » d’Evo à Salvini… et au « frère » Bolsonaro

Jeudi 7 février 2019, par Pablo Stefanoni

Evo Morales a livré Battisti en 24 heures. Non seulement le gouvernement bolivien lui a refusé sa demande d'asile politique en un temps record, mais le militant italien n'a même pas eu le droit fondamental à un procès d'extradition qui aurait permis d'analyser le dossier.

Article d'abord paru sur le site de Mediapart

Commençons par la fin : le dimanche 13 Janvier, un avion transportant des policiers et des agents des services de renseignement italiens a atterri à l'aéroport de Viru Viru, à Santa Cruz de la Sierra, capitale de l'« orient » bolivien. Il en est reparti avec à son bord Cesare Battisti. Cet auteur de romans policiers est aussi un ancien membre du groupe armé d'extrême gauche Prolétaires armés pour le Communisme (PAC), actif pendant les « années de plomb » italiennes. Battisti a été condamné en Italie à la prison à perpétuité pour quatre homicides, deux en tant qu'auteur matériel, et deux autres en tant que complice. Le militant d'extrême-gauche, qui se proclame innocent de ces crimes, est arrivé à l'aéroport militaire italien de Ciampino le lundi 14 à 11h36. Le Ministre de l'Intérieur et leader de fait du gouvernement italien, Matteo Salvini, un néofasciste qui fait partie de l'axe xénophobe trumpien, si souvent critiqué par la Bolivie d'Evo Morales, l'y attendait. Battisti s'était enfui au Brésil, où il avait trouvé refuge du temps des gouvernements du Parti des Travailleurs (PT). Pendant sa campagne électorale, Bolsonaro avait promis d'extrader en Italie ce “bandit”.

C'est ainsi qu'à la surprise générale, Evo Morales a livré Battisti en 24 heures. Non seulement le gouvernement bolivien lui a refusé sa demande d'asile politique en un temps record, mais le militant italien n'a même pas eu le droit fondamental à un procès d'extradition qui aurait permis d'analyser le dossier. En agissant de la sorte, le président bolivien s'est retrouvée partie prenante d'une opération montée par le nouvel axe italo-brésilien, dont les deux dirigeants s'efforcent de mettre en place une internationale d'extrême droite à l'échelle mondiale.

Nombre de médias ont signalé le fait que l'arrestation de l'ancien membre des PAC était de fait un « clin d'œil » amical de Bolsonaro à Salvini. Mais si le président brésilien a fait un « cadeau » à son collègue Italien, Evo Morales, lui, a fait son propre cadeau au « frère Bolsonaro », comme il avait désigné le nouveau chef d'Etat dans le tweet envoyé pour le féliciter de sa victoire. Reste un doute : cette « livraison » express a-t-elle été négociée au moment de la cérémonie d'inauguration de la présidence de l'ancien capitaine à Brasilia le 1er Janvier dernier ? On n'en sait rien. Mais il est clair que la Bolivie cherche une cohabitation pacifique avec le Brésil pour des raisons économiques (les ventes de gaz à son grand voisin) et, jusqu'à un certain point, politiques (éviter que Bolsonaro ne finance l'opposition à Morales).

Reste probable que, malgré la prosternation d'Evo devant le nouveau « mythe » (comme l'appellent ses partisans) du Brésil, cela n'empêchera nullement ce dernier de conspirer. Par ailleurs, l'affaire concernait formellement bien plus les relations entre La Paz et Rome qu'entre La Paz et Brasilia. Et même si la Commission Nationale des Réfugiés bolivienne (Conare) décidait finalement de refuser l'asile à Battisti – ce qu'elle a effectivement fait sans respecter la procédure légale–, il restait un ultime recours : le droit de Battisti à se défendre dans le cadre d'un procès d'extradition.

Le problème pour Evo Morales, c'est que cette affaire intempestive risquait de mettre des bâtons dans les roues de son projet de réélection, qui semble être la seule préoccupation ayant aujourd'hui un peu de substance dans le « processus de changement » amorcé en 2006, et ce malgré la victoire du NON (à la réélection) lors du referendum de février 2016. Le président bolivien a confirmé, en prenant cette décision, qu'il est relativement indifférent à un thème central de la culture de gauche : la solidarité.

Comme on sait, Battisti s'était réfugié en France en 1981, puis au Mexique, avant de revenir en France sous le gouvernement de François Mitterrand. C'est pendant son exil qu'il était devenu un populaire auteur de polars. On sait aussi que la « doctrine Mitterrand » impliquait le refus d'extrader plusieurs dizaines d'ex-militants et dirigeants de l'extrême gauche italienne des « années de plomb » : « Je refuse de considérer a priori comme terroristes actifs et dangereux des hommes qui sont venus, particulièrement d'Italie, longtemps avant que j'exerce les responsabilités qui sont miennes, et qui venaient de s'agréger ici et là, dans la banlieue parisienne, repentis... à moitié, tout à fait,...la France est et sera solidaire de ses partenaires européens, dans le respect de ses principes, de son droit : elle sera solidaire, elle refusera toute protection directe ou indirecte pour le terrorisme actif, réel, sanglant. »

Cesare Battisti avait été formellement exclu du bénéfice de cette « doctrine » en raison des crimes qui lui étaient reprochés. Les PAC nourrissaient un certain romantisme de la délinquance et pratiquaient la justice sommaire par exécution contre les supposés collaborateurs du système carcéral et policier. Mais dans la pratique, il fut protégé de l'extradition jusqu'en 2004, année où il dut s'enfuir et finit par atterrir au Brésil, où il passa quelque temps en prison avant d'être libéré et de recevoir l'asile.

En Bolivie, le ministre de l'Intérieur Carlos Romero a pour sa part tenu des propos fort éloignés de ceux du président socialiste français. On aurait plutôt cru entendre un haut-fonctionnaire de n'importe quel gouvernement de la « droite alternative » lorsqu'il a justifié l'expulsion immédiate de Battisti du fait de son entrée illégale en Bolivie. D'après le Défenseur du Peuple David Tezanos Pinto, le militant italien n'a eu droit à aucun entretien avec les autorités boliviennes concernées, ni n'a été mis au courant d'une quelconque décision de refus de sa demande d'asile – autant de questions fondamentales dans une procédure régulière, ce qui porte atteinte, toujours selon Tezanos, aux principes de « non dévolution » et de « non expulsion ».

Mais cette « livraison » que Bolsonaro et Salvini ont vécu comme s'il s'agissait de leur propre « plan Condor »[1] d'opérette, a une dimension politique additionnelle qui est particulièrement gênante : le vice-président bolivien Álvaro García Linera lui-même a été jadis emprisonné pour sa participation à la lutte armée. Même s'il n'y avait pas contre lui d'accusations d'homicide, il a été en effet condamné pour terrorisme dans les années 1990 pour son appartenance à l'Ejército Guerrillero Túpac Katari (EGTK). Plus embarrassant encore : le très populaire philosophe italien Antonio Negri est bien connu en Bolivie, où il a été invité par García Linera et a même vu certains de ses textes publiés par la Vice-présidence bolivienne. Or on sait que Negri a été accusé en Italie (de façon assez invraisemblable) d'être une des têtes pensantes, voire organisatrices, des Brigades Rouges et qu'il a bénéficié lui aussi de la « doctrine Mitterrand » jusqu'au moment de pouvoir négocier les conditions de son extradition et une remise de peine en Italie.

La « doctrine Evo », pour sa part, ne répond pas seulement à l'absence d'une culture de la solidarité. Elle reflète aussi un certain mépris du droit « démocratique bourgeois » à un procès juste et équitable, lequel se manifeste aussi par exemple dans le silence complice du gouvernement bolivien envers les gravissimes violations des droits humains et des garanties constitutionnelles commises par ses « alliés » au Venezuela ou au Nicaragua. Cette décision s'inscrit par ailleurs dans le contexte d'un système judiciaire bolivien qui pâtit hélas toujours d'une combinaison de corruption endémique et de manque d'indépendance, avec un poids énorme de la figure présidentielle dans toute procédure importante.

Cette exigence de défense principielle des droits n'est guère perçue non plus par tous ceux qui se sont indignés – à juste titre – contre l'expulsion de Battisti, mais avant tout parce qu'ils voyaient en lui un « combattant communiste héroïque » livré à l'ennemi par la Révolution bolivienne… comme si la Bolivie actuelle était l'URSS de 1920. De fait, Raúl García Linera, qui n'est autre que le frère du vice-président, a déclaré que l'extradition de Battisti constituait le « premier acte contre-révolutionnaire » du gouvernement d'Evo Morales. Au moins doit-on lui accorder le mérite d'avoir exprimé ses divergences publiquement et de manière claire, contrairement à tous les hauts fonctionnaires boliviens qui ont gardé un silence indigne face à la décision de Morales d'envoyer son « petit cadeau » au néofasciste milanais, et aux membres du gouvernement qui ont l'habitude de s'indigner du fonctionnement de la justice dans les pays gouvernés par la droite.

Salvini a reçu son trophée comme il se doit : le « communiste assassin » va « pourrir en prison », a-t-il déclaré vêtu d'un uniforme de police. La veille, un des fils de Jair Bolsonaro avait annoncé que le « petit cadeau » était en route vers l'Italie, bien que Battisti ait été arrêté en Bolivie, et Bolsonaro en personne s'était attribué la capture de Battisti. De fait, le Brésil a essayé jusqu'au dernier moment de le faire transiter par son territoire afin que Bolsonaro puisse avoir les honneurs de son arrestation et de son extradition, et non pas un gouvernement de gauche.

« Le Ministre de la Justice italien, Alfonso Bonafede, a expliqué qu'étant donné que le droit pénal brésilien ne prévoit pas la prison à perpétuité, l'Italie avait donc concédé de réduire la peine à 30 ans de prison dans l'espoir de récupérer le fugitif. Un compromis juridique qui ne tient plus étant donné que Battisti a été extradé par la Bolivie, et bien que par ailleurs la différence entre la prison à vie ou 30 ans d'incarcération ait peu d'importance pour un homme de 64 ans », explique le quotidien bolivien La Razón. Autrement dit, l'extradition par La Paz a aggravé le sort juridique de Battisti.

Evo Morales avait vivement protesté il y a peu contre un député bolsonariste ayant déclaré que « ceux qui aiment les Indiens n'ont qu'à aller en Bolivie ». Voilà qu'il se retrouve assis en bout de table au banquet de la nouvelle internationale d'extrême droite. Même le message de « remerciement » aux autorités boliviennes de Bolsonaro avait un ton passablement humiliant : il les félicitait d'avoir capturé le protégé du « gouvernement le plus corrompu de l'histoire du Brésil ». En clair, celui de Lula, l'allié d'Evo, condamné à 12 ans de prison par l'actuel Ministre de la Justice de Bolsonaro.

[1] Campagne conduite conjointement par les services secrets du Chili, de l'Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Paraguay et de l'Uruguay, avec le soutien tacite des États-Unis au milieu des années 1970, pendant les dictatures militaires.

Le Journal des Alternatives

Accueil

À la une

L’artiste brésilienne Usha Velasco a publié sur Instagram sa nouvelle création artistique intitulée « Doente de Brasil » (Être malade à cause du Brésil). Sur l’un de ses collages, on peut lire « eu não aguento mais » (je n’en peux plus) à côté d’un fragment du drapeau d’un Brésil qui semble vidé de ses couleurs et de son sens, d’autant plus en ces temps de pandémie-génocide dont le Brésil subit les ravages. Il s’agit d’une création qui nous captive et nous incite à réfléchir sur ce qui se passe au Brésil : au milieu du nombre démesuré de morts dû à la Covid-19, le bolsonarisme et ses projets politiques (...)

Lors de son lancement il y a dix ans, le programme allemand Industrie 4.0 promettait une quatrième révolution industrielle qui changerait notre façon de travailler. Sa mise en œuvre répond à des impératifs capitalistes très anciens : utiliser des technologies permettant d’économiser du travail non pas pour réduire la charge de travail, mais pour soumettre les employés à une discipline de travail encore plus stricte.

Le texte suivant reproduit des posts mis en ligne par Mahmoud Muna sur sa page Facebook au fil des derniers jours.

Boaventura de Sousa Santos analyse dans cet article la situation de révolte populaire, mais aussi de répression (avec plusieurs dizaines de morts) et de militarisation que vit la Colombie depuis le 28 avril dernier. Une répression qui s’est encore accrue depuis la rédaction de cet article. Cali, la troisième ville du pays, est devenue l’épicentre de la confrontation de classe dans le pays. Les organisations sociales ont déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation, le mercredi 12 mai 2021.

Ce terrible 1er mai, le jour de la fête du travail en Colombie, se produit alors que le pays traverse une triple crise humanitaire qui a largement appauvri les secteurs déjà précarisés de la population : la crise migratoire, celle liée à la pandémie, mais aussi, la recrudescence des violences politiques liées au conflit armé interne. D’ailleurs, si la Covid-19 a causé plus de 74 000 décès en Colombie, les politiques du gouvernement Duque sont clairement le « virus » qui affecte le plus la population de ce pays déjà trop marqué par la violence. Ce qui devait être une grève nationale contre la (...)

« Mais quel genre d’homme fait ça, tuer sa femme ? »

J’ai traversé le poste-frontière d’Erez pour la première fois en 2006. L’architecture ultra sophistiquée de ce complexe fait de béton, d’acier, de fils de fer et de verre blindé rappelle un décor kafkaïen, à la fois inquiétant et indéchiffrable. Je me souviens encore de la sourde déflagration ressentie alors que j’approchais la sortie vers Gaza. « C’est un bang sonique, rien à craindre », avait voulu me rassurer une journaliste canadienne qui traversait au même moment. Plus tard, on me raconterait le traumatisme vécu par de jeunes enfants qui, à force d’entendre ces bombes sonores, finissaient par (...)
Observer le gouvernement de Joe Biden aux États-Unis donne une sorte tournis pas trop désagréable. Loin des déclarations spectaculaires de son prédécesseur, le nouveau président s’est lancé dans une série de mesures étonnantes qui devraient transformer le pays de façon significative. Et qui découlent de longues luttes dont on a longtemps douté des résultats. Certains observateurs habituellement sceptiques ne craignent pas de renoncer à leur pessimisme. Selon Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, les États-Unis viennent d’adopter « une des lois les plus sociales de leur histoire. » Le (...)
  • Abonnez-vous au podcast :   Apple Podcasts Logo   Spotify Logo   Google Podcasts Logo   Breaker Logo   Overcast Logo   RadioPublic Logo   Pocket Casts Logo   Castro Logo  
https://www.youtube.com/embed/cRHOQRdC1bU
EPISODE 4 | La Révolution Sera Féministe - YouTube

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca