|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Algérie, janvier 2019 : vingt-sept ans après le coup d’État, garder (...)

Algérie, janvier 2019 : vingt-sept ans après le coup d’État, garder l’espoir

Samedi 12 janvier 2019

Publié d'abord sur le site de Algeria Watch

Le 11 janvier 2019 marque le vingt-septième anniversaire du coup d'État militaire perpétré contre la démocratie en Algérie. Cet attentat contre le droit et la souveraineté du peuple a plongé le pays dans des abîmes d'atrocités, dont le spectre hante toujours aujourd'hui la société toute entière. La plaie ouverte par le putsch de janvier 1992 reste purulente. Vingt-sept ans après cette rupture sanglante, le régime, sans autre substance que la force brutale, fonctionne toujours sur le mode du mépris du peuple. Loin d'être « mystérieuse » ou masquée par un « brouillard » complaisamment entretenu par des analystes orientés, en Algérie et ailleurs, la dictature ne tient aucun compte du droit, écrase toutes les libertés et ne respecte même pas les normes juridiques qu'elle a elle-même instaurées. À la veille de l'improbable élection présidentielle annoncée pour avril 2019, les disputes publiques entre ceux qui souhaitent un cinquième mandat pour un président en fin de cycle et d'autres qui voudraient son remplacement – y compris au moyen d'un coup d'État militaire – expriment en creux la volonté commune des bénéficiaires du système, tous unis autour d'un même objectif : conserver coûte que coûte les circuits de captation à leur profit de la rente pétrolière. Une préoccupation évidemment aux antipodes de celles au quotidien de vastes catégories populaires, indifférentes à ces gesticulations. Entre fuite en avant politique et bricolages économiques, le fossé qui sépare la caste dirigeante visible ou tapie dans l'ombre se creuse de manière vertigineuse, avec une population abandonnée et une jeunesse sans perspectives.

En guise de commémoration d'une date qui marque l'avènement d'une ère tragique dont les conséquences dévastatrices pèsent lourdement sur le pays, François Gèze et Omar Benderra, membres d'Algeria-Watch, évoquent dans cette discussion les dimensions sociales, politiques et économiques de cette crise. Et ils apportent un éclairage sur la réalité du régime et les enjeux politiques derrière ses mystifications et ses leurres, derrière aussi les motivations très intéressées des puissances occidentales dans la région. Ainsi que sur les nombreuses graines d'espoirs qui commencent à éclore au sein de la jeunesse algérienne.

Pour visionner la discussion entre François Gèze et Omar Benderra >>