|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > Le Salvador, premier pays à interdire l’exploitation minière des (...)

Le Salvador, premier pays à interdire l’exploitation minière des métaux

Dimanche 2 avril 2017, par Stefanie Schüler

C'est une première mondiale : le Salvador, plus petit pays d'Amérique central, a décidé d'interdire toute forme d'exploitation de mines de métaux, tels que l'or et l'argent.

« Par une écrasante majorité de 69 voix sur les 84 que compte l'Assemblée nationale salvadorienne, les députés ont adopté ce mercredi une loi allant en ce sens », rapporte La Prensa Grafica, « plaçant ainsi l'environnement et la santé de leurs concitoyens au-dessus des considérations financières ».

« Par cette décision, le Salvador devient le premier pays au monde à bannir totalement les exploitations de métaux de son sol », constate le New York Times qui explique : « Les risques que fait peser l'exploitation de ces mines au Salvador sont particulièrement élevés : le petit pays est très densément peuplé. Selon les Nations unies, le pays souffre des pires dégradations environnementales des Amériques, après Haïti »

Ricardo Navarro de l'ONG Les amis de la Terre, l'un des instigateurs du texte, a dit hier sa satisfaction : « Cette loi nous rend beaucoup moins vulnérables. Dans les mines ils utilisent beaucoup d'eau pour ce qu'ils appellent « le drainage acide » en y ajoutant du cyanure. Car pour pouvoir sortir l'or, il faut du cyanure. Mais les résidus restent ensuite dans l'environnement et contaminent notre eau. Or le Salvador a besoin d'eau potable propre, de forêts, d'aliments… C'est pourquoi nous croyons que cette loi est un grand succès pour notre pays »

Après le vote il y avait des scènes de liesse à l'Assemblée nationale salvadorienne. Les députés debout, les applaudissements nourris, les accolades : la joie d'avoir obtenu ce vote, qui a su fédérer tous les partis politiques du pays, était immense, rapporte El Diario de Hoy. « C'est un jour historique pour notre nation », « L'eau l'a emporté sur l'or », se sont exclamés les élus. Reste un bémol : « pour l'instant les fonds manquent pour réparer les dégâts et indemniser les victimes des intoxications », souligne le quotidien.

Voir en ligne : La voix du monde

Photo : ©REUTERS/Jose Cabezas