|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > L’altermondialisme > Des propositions pour construire un front solidaire capable de gagner (...)

FRANCE

Des propositions pour construire un front solidaire capable de gagner !

Jeudi 7 juin 2007, par Maxime COMBES

Maxime Combes, membre de « Vamos », a activement participé à la campagne présidentielle Bové et participe actuellement à la campagne législative « Gauche alternative 2007 ». Il présente, dans ce texte, des élements de bilan de la campagne Bové et des propositions, pour l’après législative, aux composantes de ces campagnes.

Beaucoup a été écrit et beaucoup reste à écrire. Partant de quelques éléments d’analyses incomplets, ce texte présente quelques perspectives concrètes pour ce qu’il reste des collectifs unitaires, notamment la constitution de commissions thématiques larges et ouvertes pour travailler tous ensemble !

1. Pour mettre un point final sur les trois I de la gauche anti-libérale

Comme l’écrit un camarade québécois [1], « nous sommes loin de pouvoir proposer un véritable projet contrehégémonique » [2] à la droite néo-conservatrice que Sarkozy incarne en France, ce qui est doublement paradoxal :

– à l’échelle planétaire, l’hégémonie américaine [3] et le néolibéralisme [4] sont en crise alors que nous avons élu le plus atlantiste et le plus libéral des Présidents que la France n’ait jamais connu ;

– en France, nous avons vécu, en deux ans, le NON au référendum, la révolte dans les banlieues et la victoire contre le CPE (ainsi que de multiples luttes sociales : RESF, logement...), sans que cela ne forme le creuset d’une victoire électorale et idéologique d’une gauche véritablement à gauche [5].

Poser ce paradoxe laisse entrevoir les 3 I de la gauche, notamment antilibérale : ses Incapacités, ses Impensés et ses Impasses. Au delà du véritable gâchis que fut la division de la gauche antilibérale qui a terriblement pesé sur la structuration du débat et des résultats électoraux [6], risquons plusieurs hypothèses :

– face aux nombreuses luttes, initiatives et pratiques sociales nouvelles, porteuses de grands espoirs d’émancipation et créant de nouvelles solidarités collectives, la réaction conservatrice est d’autant plus violente, aveugle et systématique pour en détruire les effets autant que les germes ;

– plutôt que de prendre au sérieux, sur le plan idéologique, la droite décomplexée qu’incarnait Nicolas Sarkozy, la gauche l’a raillé pour la ridiculiser sans voir que se jouaient des batailles décisives autour de l’identité et du sens du vivre-ensemble (la nation, le travail, les bons et les méchants,...). La peur, l’insécurité, le sentiment de déperdition ont été sous-estimés.

– cultivant notre anti-libéralisme économique sur lequel nous pensons être majoritaires, nous avons (trop) délaissé le travail idéologique nécessaire pour peser réellement sur les autres pans du champ politique que d’autres ont su moissonner sans compter ;

– sûr-e-s de nos convictions solidaires et égalitaires, nous n’avons pas interrogé leurs fondements pour les assurer et les rendre crédibles en ces temps de concurrence et d’individualisme triomphants ;

– convaincu-e-s de la pertinence de nos propositions institutionnelles de VIe République non présidentialiste, nous n’avons pas perçu la détermination des électeurs-trices à élire – ou faire barrage à – un homme d’Etat, un guide d’une droite décomplexée ;

– tirer les leçons des échecs du social-libéralisme, du keynesianisme fordiste et du soviétisme doit nous pousser à vivre avec notre temps : les ressorts des solidarités collectives, des libertés individuelles, de l’action collective, ne sont pas celles d’il y a trente ans [7] ;

– une participation aux élections, notamment une candidature aux présidentielles, ne s’improvise pas si l’on veut être efficace, crédible, cohérent et sûr de notre force [8] ! Derrière cette évidence, se profile un impensé : quelle organisation alternative, décentralisée, non hiérarchisée, pour mener nos batailles et les gagner ?

– alors que des courants politiques très importants ont pu exister sans se présenter aux présidentielles (PCF en 1965), ou survivre à une défaite sans disparaître (social démocratie en 1969, gaullistes en 1974), comment se fait-il que le PCF et la LCR, n’aient pas résisté à se présenter isolés ?

– si la victoire contre le TCE a construit l’unité anti-libérale, elle a exclu certaines forces (écologistes ou militant-e-s de quartier par exemple, réapparus avec la campagne Bové) et elle a, en raison des alliances passées et parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, empêché de penser les grands enjeux de 2007 : l’identité, la nation et le vivre-ensemble, le travail.

– l’alliance antilibérale, que les 125 propositions incarnent, a clairement montré ses limites [9] : elle est insuffisante pour susciter l’adhésion car elle manque cruellement de sens politique global et de valeurs donnant corps à notre projet de société (perspectives de long terme et horizon émancipateur) que la somme des 125 propositions ne suffit pas à recomposer ;

– Novembre 2005, l’exemple par la preuve [10] de la faiblesse intrinsèque d’une alliance anti-libérale : incapable d’agir à la hauteur des enjeux, la gauche antilibérale n’aura pas su se faire entendre et en tirer les leçons. En raison des accords conclu sur le fond, elle ne peut penser et agir collectivement face à un moment de l’histoire qui fait voler en éclats les références des fronts traditionnels [11].

Si les compromis anti-libéraux sont insuffisants, et parce qu’on ne peut accepter le principe – et attendre les hypothétiques résultats – d’une rencontre au sommet des principales personnalités et représentants des courants existants, il est absolument nécessaire de ne pas mettre entre parenthèses les derniers mois écoulés. Rassembler les forces de transformation sociale et écologistes nécessite une démarche clairement volontariste, ouverte et citoyenne, s’appuyant sur ce qui existe (les collectifs, l’agenda et les échéances décidés en commun tels que les assises) [12] pour créer du nouveau.

Parce que la bataille idéologique l’exige et que nous devons réinventer un logiciel d’une vraie gauche de gauche (écologique, sociale, démocratique, antiraciste) qui gagne, nous avons besoin de temps et de travail plus que de guerres de successions ou de leadership [13].

2. Des propositions concrètes

A travers les législatives :

– s’appuyer sur les campagnes du mouvement social actuelles (G8 [14] et marches contre le G8 [15], mobilisation contre l’ouverture du marché de l’électricité [16], pétition contre la franchise sur les soins de santé [17],... ) pour concrétiser nos propositions et interpeller les électeurs-trices sur les choix de société auxquels nous sommes confrontés ;

– commencer à construire un rapport de force contre le projet de relance, dans le dos des Européen-ne-s, du TCE, dont l’étape importante sera le prochain sommet européen des 21 et 22 juin 2007 à Bruxelles ;

– faire perdurer l’esprit unitaire qui nous anime

Sur la relance du Traité Constitutionnel (et les Européennes de 2009) :

– proposer à tous les syndicats, associations, partis politiques, organes de presse, réseaux... qui veulent une Europe sociale, écologique démocratique et ouverte sur le monde, de mettre en place un groupe de travail de veille et de ripostes pour faire face au projet de relance du TCE ;

– prendre des contacts au niveau européen pour entamer la constitution d’un front européen (à lancer au sommet alternatif du contre-G8 de Rostock, début juin ? et lors de la prochaine AEP en septembre ?) ;

– à travers cette bataille, prendre date pour les élections européennes de 2009 où nous devrons présenter un projet, en positif, pour une UE sociale, écologique, démocratique et ouverte sur le monde ;

– s’appuyer sur le processus de préparation du FSE de 2008 (fin de l’été, Danemark-Suède) pour préparer, sur un plan européen, les Européennes de 2009 ;

En résistant à Sarkozy et son gouvernement à tous les niveaux :

– sur le plan politico-médiatique : il nous faudra mettre en oeuvre un dispositif national permettant de réagir rapidement et efficacement (communiqués, argumentaires, tracts...) ;

– sur le plan de la bataille idéologique, une fois les législatives passées, pourquoi ne pas participer à la relance, partout où c’est possible, des Forums Sociaux Locaux permettant de faire de l’éducation populaire au plus près du terrain et d’entamer ce long processus pour inverser les rapports de force idéologique ; cette démarche aurait également le mérite de renouer des contacts les plus larges (notamment associatifs et syndicaux) permettant de résister localement aux politiques de Sarkozy et de prendre acte pour l’échéance des municipales ;

– sur le plan électoral, législatives, municipales, cantonales et européennes (juin 2009) doivent nous permettre de renforcer la résistance politique et idéologique au programme de régression sociale de Sarkozy.

Vers les assises : associer le plus grand nombre aux travaux de préparation

Une fois les législatives passées, si nous voulons réellement oeuvrer au rassemblement de toutes les forces de transformation sociale, nous devrons mener trois types de débats/travaux préparant la réussite des assises :

– Quelle forme d’organisation voulons-nous ?

– Poursuivre nos réflexions sur le contenu des politiques alternatives que nous proposons ;

Concernant le fonctionnement de notre future alter-organisation, le débat doit être le plus large possible et être ouvert le plus rapidement possible pour permettre à celles et ceux qui ont des propositions concrètes de les formuler, sans clore les débats. Construire un consensus général nécessite du temps de débats et pas simplement quelques réunions en milieu clos.

Pour poursuivre nos réflexions sur le contenu des politiques alternatives que nous proposons, pourquoi ne pas créer 7 à 8 commissions thématiques ? Elles réuniraient toutes celles et ceux qui le voudraient, militants locaux ou représentants de courants nationaux. Leur travail serait facilité par des outils Internet adaptés (listes, espaces wiki, video-conférences...). Ces commissions ne se limiteraient pas seulement à additionner des mesures concrètes, mais à dégager les lignes de force de ce qui constitue notre projet. Elles seraient à la base de ce dont nous avons besoin : développer un logiciel pour une gauche de transformation sociale, écologique et démocratique capable de gagner. Elles pourraient également avoir vocation à faciliter notre réactivité sur les questions d’actualité (mobilisations sociales, prises de position, ...).

Notes

[1] Tout un défi, de Pierre Beaudet, http://www.europe-solidaire.org/spip.php ?article5975 Voir : Tout un défi

[2] Tout du moins en Europe et en Amérique du Nord.

[3] cf. par exemple Le déclin de l’Amérique a commencé, par Immanuel Wallerstein, (2002)

[4] Les récentes évolutions de la Banque Mondiale (remise en cause du consensus de Washington, défense du rôle de l’Etat pour soutenir les agricultures du Sud), le blocage de l’OMC et la perte d’influence du FMI (les pays du Sud remboursant leurs dettes) sont les parties immergées d’une profonde remise en cause du modèle libéral que le mouvement altermondialiste international conteste sans cesse, sans savoir quelle sera l’issue de cette confrontation.

[5] http://front-solidaire.effraie.org/post/2007/05/08/Quavez-vous-fait-quavons-nous-fait-de-nos-victoires-de-nos-luttes-et- mobilisations-reussies-pour-en-arriver-la

[6] La LCR et le PCF portent donc une responsabilité historique qui nécessiteraient plus que quelques lignes explicatives.

[7] Un seul exemple : notre proposition concernant la sécurisation des parcours professionnels est loin de déclencher l’adhésion immédiate chez les moins de trente ans en recherche d’autonomie individuelle ! (Même si la première favorise la seconde).

[8] L’annonce tardive de la candidature Bové, ainsi que ses errements stratégiques et organisationnels, l’ont démontré.

[9] Par alliance antilibérale on évoque le contenu du rassemblement et non les acteurs, on évoque le profil général ou les lignes de force, non les organisations ou les forces qui la composent.

[10] Nicolas Sarkozy, en mars 2006, avait prédit sa fin si la gauche arrivait à faire la connexion entre les étudiants et les banlieues...

[11] Ce qui se traduira par la situation hallucinante où l’on ne saura pas écrire, parce que spectateurs et déconnectés des réalités, que nous sommes toutes et tous des Zied et Bouna. La conséquence en est simple : parce que nous ne sommes pas tous des Zied et Bouna, Sarkozy a réussi à nous rendre adversaires lors des manifestations anti-CPE, les uns tabassant les autres.

[12] En espérant que cela suffise et permette de répondre OUI à la question suivante : « Une recomposition endogène de la gauche estelle réellement possible ? »

[13] A l’inverse de ce qu’on peut lire dans certaines tribunes ou prises de paroles publiques...

[14] Où il faudra suivre les prises de position de Sarkozy sur le climat, l’Afrique, les investissements internationaux...

[15] http://www.infos-canalmarches.org/ , http://www.france.attac.org/spip.php ?rubrique703, http://anti-g8.effraie.org/

[16] http://www.petition-elecgaz.org/

[17] www.appelcontrelafranchise.org

* Contribution initialement postée sur :
http://front-solidaire.effraie.org/


Voir en ligne : http://front-solidaire.effraie.org/