|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > L’arc des crises > Maintenir le cap dans la solidarité avec les Palestiniens

PALESTINE

Maintenir le cap dans la solidarité avec les Palestiniens

Un message de Mustafa Barghouti

Dimanche 13 mai 2007

Le ministre palestinien de l’Information adresse un message à L’AFPS qui tient son Congrès les 12 et 13 mai à St Denis

Chers amis, chers amis du peuple palestinien, amis de la Justice et de la Paix, et je peux le dire, MES amis, je suis sincèrement désolé de ne pouvoir assister à votre Congrès, mais je vous vous remercie beaucoup pour votre invitation. J’espère que cette réunion sera productive et un succès pour vous tous.

Dans la situation actuelle, le but principal du gouvernement d’unité nationale est la levée de l’embargo imposé au peuple palestinien. Le programme du gouvernement d’unité répond totalement aux exigences de la communauté internationale et le gouvernement, qui rassemble tous les mouvements palestiniens sauf un, représente 96 % de l’électorat. Il n’y a donc pas la moindre raison de poursuivre cette attaque cruelle et injuste contre le peuple palestinien.

La situation en Cisjordanie continue à se détériorer alors que la bande de Gaza est au centre d’une crise humanitaire terrible. La cause en est les privations économiques, l’augmentation de la pauvreté et un déclin social global, mais cette situation est aussi aggravée par des crimes, de plus en plus nombreux, que cette situation désespérée alimente. Et les attaques sans relâche de l’armée israélienne font encore empirer les choses, et amènent les Palestiniens au bord du désastre.

Votre mobilisation, la mobilisation active de tous les citoyens européens, est nécessaire pour amener l’Union européenne à changer sa politique à l’égard des Palestiniens. Le blocus doit cesser. La Norvège et la Suisse ont ouvert la voie. C’est maintenant au tour des membres de l’UE de suivre, de rencontrer les ministres palestiniens et de reprendre des relations normales avec l’Autorité nationale palestinienne, de même que l’assistance financière directe.

Ensuite, le gouvernement israélien doit rendre l’argent des taxes qu’il retient illégalement. Alors que tout le monde parle de conditions que les Palestiniens et leurs dirigeants ne respecteraient pas, personne ne parle de cet argent, de l’argent palestinien, 800 millions de dollars bloqués par le gouvernement Olmert. C’est notre argent, l’argent des salaires pour les enseignants, les médecins, les infirmiers, de l’argent pour acheter des médicaments, pour investir, pour développer la Palestine. C’est de l’argent dont la société palestinienne a terriblement besoin. Cet argent doit être rendu à son propriétaire légitime, le peuple palestinien.

Je vous présente un tableau bien sombre, mais il y a pourtant des raisons d’être optimistes.

Le gouvernement d’unité nationale existe, il a un programme que je vous invite tous à lire. Vous me connaissez, vous savez d’où je viens. Et je vous le dis : ce programme est progressiste. Il est le produit d’une négociation collective, et toutes les forces politiques ont accepté ce qu’il met en avant : les droits des femmes, les droits des handicapés, la neutralité dans l’éducation, l’état de droit et l’importance de la responsabilité personnelle.

C’est également dans l’unité que le gouvernement d’union nationale fait l’offre d’un cessez le feu global, complet et réciproque qui annoncera la fin de la violence. La proposition américaine d’un cessez le feu limité à Gaza est d’une ampleur limitée et vraiment contre productif. La proposition palestinienne d’un cessez le feu complet, global et réciproque va beaucoup plus loin et est plus réaliste. En fait nous savons tous que dans au moins 3 cas, ce sont des attaques contre des personnes en Cisjordanie qui ont provoqué la rupture du cessez le feu à Gaza.

Le gouvernement d’unité nationale a aussi fait des propositions pour un échange de prisonniers, et vous savez tous l’importance de la question des prisonniers pour les Palestiniens. Là encore Olmert et son gouvernement ont refusé notre proposition.

Comme Olmert a refusé l’Initiative arabe, que le gouvernement d’unité nationale a approuvée. Encore une fois nous voyons qu’il n’y a pas de partenaire israélien pour la paix.

Peut-être Ehud Olmert est-il trop faible. Quand il rencontre le président Abbas, il refuse d’aborder les questions clé. J’ai lu dans Time que sa cote de popularité est de moins de 3 % , ce qui, avec la marge d’erreur, signifie qu’il obtient le soutien de sa famille élargie, rien de plus.

Mais nous ne pouvons pas attendre un gouvernement qui ait assez de courage pour accepter de parler de Paix. Parce que pendant ce temps, ce gouvernement ci, comme ceux qui l’ont précédé, détruit la possibilité de la solution à deux Etats en changeant de façon irréversible la situation sur le terrain et en consolidant le système d’apartheid. Par le Mur, l’annexion de la vallée du Jourdain et par un mépris constant pour le droit international et les droits humains.

C’est pourquoi nous avons besoin d’un mouvement de solidarité vaste et fort et c’est là que l’Afps joue un rôle majeur. En participant à la Conférence de Bil’in, en soutenant les mobilisations (journée des Prisonniers, fin des sanctions contre les Palestiniens etc.), en proposant des informations et des analyses au public français, vous apportez des contributions essentielles au combat palestinien. Et je vous en remercie.

Je crois qu’il existe aussi 4 moyens de s’opposer à la construction du Mur, et la solidarité internationale doit y jouer un rôle :

- Aider à développer le genre de protestations de masse, non violentes, contre le Mur que l’on voit à Bil’in ou Um Salamona.

- Demander sans relâche le démantèlement du Mur et la fin de l’occupation.

- Utiliser les outils du droit international pour traîner Israël en justice, y compris la décision de la CIJ de 2004 qui a dit l’illégalité du Mur, et

- Apporter du soutien aux zones et aux communautés qui sont frappées par le Mur.

Vous entrez dans une nouvelle période en France, avec un nouveau président et un lobby pro israélien qui va s’efforcer de modifier la tradition française d’un soutien fort au peuple palestinien. Le droit international, les engagements passés et un mouvement de solidarité fort et actif sont des atouts importants pour surmonter les difficultés à venir. Nous avons confiance en vous, nous comptons sur vous. Et nous espérons que le gouvernement et le peuple français vont promouvoir une politique de paix et de justice en Palestine et en Israël.

Soyons unis, déterminés et travaillons ensemble, en France et en Palestine, pour une paix juste, pour la liberté de la Palestine, pour la dignité, la fraternité et l’égalité de tous les êtres humains.

Mustafa Barghouti