|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > Forum social mondial > Notes sur le Forum social mondial polycentrique de Bamako

Notes sur le Forum social mondial polycentrique de Bamako

Lundi 5 décembre 2005

L’Afrique a obtenu du Conseil International du Forum Social Mondial (FSM) l’organisation à Bamako au Mali, du Forum Social Polycentrique, en janvier 2006, à la même période que les deux autres Forums du même genre qui auront lieu au Venezuela et au Pakistan.

Cet évènement sera d’une grande importance pour les peuples africains. Il constituera pour eux une opportunité d’expression démocratique collective sans précédent et leur permettra de sortir du carcan politique et institutionnel qui leur est imposé par les grandes puissances et par les institutions financières internationales.

Le Forum Mondial en Afrique est aussi une opportunité pour les mouvements sociaux de mieux conjuguer leurs luttes avec celles menées sur les autres continents, face à un ennemi commun : le capitalisme sauvage, l’hégémonisme et la domination et l’exploitation des peuples et de leurs ressources.

Depuis la grande vague de résistances à l’échelle mondiale des années 90, le Forum de Bamako sera la première occasion donnée aux forces de progrès d’Afrique d’inscrire de manière marquante et visible leurs luttes et leurs alternatives dans la quête globale d’un monde plus juste, et respectant la souveraineté des peuples.
L’Afrique : victime d’un discours mais source de reconstruction et de progrès réel pour le monde

L’Afrique est la partie de la planète la plus vulnérable. Elle offre déjà l’image de ce que sera demain un monde dominé par le capitalisme sauvage et le pillage sans bornes des ressources. La destruction du lien social engendrée par les politiques mises en œuvre depuis plus de vingt cinq ans sur le continent donne aux autres peuples du monde une indication de l’aboutissement du néo libéralisme conquérant.

Première victime de l’expansion du modèle capitaliste depuis des siècles, l’Afrique continue à souffrir d’un discours qui la condamne, la marginalise et justifie finalement l’inacceptable. L’histoire et le présent se conjuguent pour faire de l’Afrique le continent qui subit avec le plus de dommages les règles actuelles de l’ordre économique et politique dominant.

Le Forum Mondial en Afrique donnera aux forces de progrès l’occasion de montrer un autre visage des peuples africains : des peuples qui résistent, qui inventent leur vies et préservent le lien social, des peuples qui combattent les politiques et les modèles qui leur sont imposés, et qui les excluent. Ils montrent tous les jours leur refus d’une marginalisation structurelle programmée.

Le Forum Mondial en Afrique donnera à voir ce qui a de plus dynamique, de plus vital et de plus progressiste dans les sociétés africaines, à travers une présence massive d’organisations et de mouvements sociaux des différentes régions qui portent les luttes au quotidien, et qui exprimeront à leur façon qu’un autre monde est possible.
Le Mali, lieu d’unité et de dignité humaine

Le Mali est pauvre, si l’on mesure la richesse par la disponibilité de biens matériels. Mais le Mali est riche de par son histoire, sa culture et le rôle qu’il a joué pour l’unité des peuples du continent. Depuis son accès à l’indépendance, le peuple malien a fait le choix de l’union : il a été le premier fédérateur des peuples de l’Afrique de l’ouest. Le Mali a été, dès les années 60 partie prenante du renforcement des forces de progrès sur le continent : il a fait partie de la coalition qui a combattu le néocolonialisme incarné par ses représentants au sein du groupe de Casablanca.

Le peuple Malien a su montrer au monde entier que la démocratie ne s’acquiert pas comme une usine « clef en main », ni ne s’impose de manière factice par les institutions financières internationales. Elle a été, dans ce pays, conquise par le peuple lui-même par sa lutte contre la dictature, ce qui donne à ses institutions actuelles plus de crédit et de représentativité.

Ce pays offrira aux autres mouvements sociaux du monde, et en particulier du sud, son propre exemple de dignité face au néo colonialisme des institutions financières et au poids des règles internationales injustes.
Le Forum Mondial en Afrique : un lien entre les peuples du sud pour un autre monde

La ville de Bamako, capitale du Mali, sera de ce fait le lieu idéal pour organiser le Forum Mondial. Elle sera aussi le lieu idéal pour engager à nouveau le renforcement des forces du progrès dans le monde, et en particulier du Sud, cinquante ans après Bandung.

L’expression massive et coordonnée des Forums de Bamako, de Caracas et de Karachi constituera une force réelle pour engager une réflexion sur la manière de contrer, par des luttes convergentes, la militarisation du monde, l’hégémonie économique et politique des pays riches, et suggérer des alternatives solidaires pour un monde commun.

Le Forum de Bamako entamera ses travaux par une journée consacrée à l’exigence de reconstruction du front du sud, en solidarité avec les forces de progrès des autres parties du monde. Cette journée verra la participation de mouvements sociaux et d’intellectuels de tous les continents.

Le Forum de Bamako : un Forum Mondial en Afrique

Les thèmes qui seront abordés à Bamako sont formulés de manière globale, et ne sont pas spécifiques au Continent africain. Bien qu’ils soient abordés avec une sensibilité particulière, ils découlent des exigences de lutte commune et de dialogue entre les mouvements sociaux du monde entier.

Les thèmes majeurs de discussions du forum sont les suivants. Ils recoupent les thèmes choisis par les forums polycentriques organisés à Caracas et Karachi.

  1. Guerre et militarisation, sécurité et paix : Guerre économique ; militarisation des relations internationales ; occupation militaire des territoires et des peuples ; diffusion des conflits, violences militaires et accaparement des ressources ; criminalisation des luttes sociales, instrumentalisation de la violence, « la guerre des civilisation » cache misère de l’hégémonisme culturel et économique et justification de la guerre ; violence et accès aux pouvoirs et au ressources
  2. Libéralisme mondialisé : apartheid à l’échelle mondiale et paupérisation : Concentration des pouvoirs, du savoir et des ressources et exclusion du plus grand nombre ; l’injustice sociale justifiée et organisée ; l’exclusion et la paupérisation comme moteur du capitalisme ; marchandisation et exclusion des services sociaux ; l’apartheids à visage urbain : paupérisation et exclusion de masse des services et de l’emploi ; circulation des capitaux et des biens/portes fermées aux humains ; extension des frontières des pays riches vers les pays pauvres ou la prévention contre la humains ; migrations et développement ; migrations et droits humains ; droits des migrants et nationalismes agressif ; marginalisation du Continent africain et marginalisation de ses peuples, violation de ses droits au développement et à la souveraineté ; violation des droits économiques, sociaux et culturels ; ségrégations économiques et raciale ; la question des réparations ; asymétrie nord-sud et souveraineté des peuples
  3. Agressions contre les sociétés paysannes : dévalorisation du savoir paysan ; menaces sur l’agriculture paysanne et des systèmes agraires ; privatisation des semences et invasion des OGM ; la propriété privée du sol : menace sur la paix sociale et exclusion des paysans de leur terre ; paupérisation rurale ; perte de la souveraineté alimentaire et dépendance ; pertes des modèles alimentaire ; l’aide alimentaire au service de l’expansion des marchés pour les pays riches ;
  4. Alliance entre le Patriarcat et le néolibéralisme et marginalisation des luttes des femmes : patriarcat ; violences et exclusions ; religions, patriarcat et domination ; droits et citoyenneté bafouée des femmes ; exclusion de l’accès aux ressources ; à la terre et au moyen de production ; luttes des femmes pour la dignité
  5. Culture, médias et communication : critique et reconstruction
    • Diversité et vie commune ; protection des droits culturels et des minorités ; identités culturelles ; pluriculturalisme ; hégémonisme culturel et domination ; folklorisation de la culture ; appauvrissement culturel ;
    • Médias, communication et uniformisation des esprits et des visions du monde ; marchandisation des médias et de la communication et de la culture ; médias, communication de masse et violences symboliques ; droits à la communication et à l’expression ; les nouvelles technologies de l’information au service d’une communication pour tous ou au service du contrôle et du marché
  6. Destruction des écosystèmes, diversité biologique et contrôle des ressources Privatisation des ressources et de la vie, perte de la biodiversité, désertification, déforestation, luttes pour l’accès aux ressources et pillage, ressources naturelles et guerres, propriété intellectuelle et privatisation des connaissances, des technologies et du savoir. Les ressources pour la vie : l’eau, la terre, les semences, l’énergie ;
  7. L’ordre international : Les Nations Unies à l’épreuve de l’hégémonie des puissants ; Pourquoi et comment réformer les Nations Unies ? l’avenir de la Charte des Nations Unies ; le droit international privatisé ; le droit asymétrique ; Institutions financières internationales et néo colonialisme ; solidarité et coopération : égalité ou reproduction des inégalités ? ; Souveraineté des peuples et droit international ; quelle place pour des alliances du Sud ? ; Comment reconstruire le front du sud ?
  8. Commerce international, dette et politiques économiques et sociales : annulation de la dette ; réparations ; politiques d’ajustement structurel ; l’OMC et la marchandisation du monde ; Accords commerciaux multilatéraux ; Accords de libre échange ;
  9. Lutte sociales, droits sociaux et humains, organisations sociales et droits politiques : paupérisation, exclusion ; précarisation ; inégalités sociales ; travail et exploitation du genre ; droits des enfants ; trafic des personnes ; dégradation de la dignité humaine ; répression et oppression sociale et politique ; éducation et reproduction des normes capitalistes ; éducation alternatives ; droit à la vie ; à la santé... ; économie sociale et solidaire ; expériences sociales alternatives ; luttes sociales pour la justice ; combats pour la liberté et le démocratie et contre l’oppression politique ; le rôle de l’Etat et des organisations sociale ; reconstruire le syndicalisme et intégrer les acteurs sociaux vulnérables ; lutte des jeunes ; institutions et démocratie ; les processus du Forum Social Mondial dans la construction d’Alternatives ;
  10. Alternatives : conditions pour un progrès social, des avancées démocratiques et la réhabilitation de la souveraineté des peuples ;
    Méthodologie et espaces

Le Forum polycentrique de Bamako sera organisée de manière à inclure toutes les organisations du mouvement social et de la société civile africaine et mondiale qui adhèrent à la Charte des principes du Forum Social Mondial.

L’espace du Forum sera décentralisé de manière à ce que des activités puissent être menées dans différents lieux de Bamako et rendre le Forum plus proche de la population.

La journée du 18 janvier sera consacrée à l’organisation d’une journée internationale de réflexion sur le thème de la « reconstruction du front du sud, cinquante ans après Bandung » et de la lutte commune des peuples du Sud et du Nord contre l’impérialisme. Cette journée est organisée par certaines organisations membres du processus.

  1. Des Conférences / Tables rondes seront organisées autour des dix thèmes identifiés. Chaque Panel sera composé de militants du mouvement social et d’intellectuels d’Afrique et du Monde.
  2. Les mouvements seront appelés à organiser des activités dans les différents domaines selon leur centre d’intérêt. Ces activités seront auto-organisées, mais disposeront de l’espace et de l’infrastructure nécessaire.
  3. Les femmes et les jeunes, disposeront d’espaces particuliers pour construire leur propre territoire social.
  4. Au cours de la journée du 23 janvier, une communication avec les Forums de Caracas et de Karachi sera organisée pour faire converger les luttes des mouvements impliqués.
  5. Un espace dédié aux médias et à la communication sera mis en place, de même seront mises en œuvre des facilités d’accès Internet et de rediffusion.
  6. La culture, qui sera une dimension transversale du Forum, disposera d’espaces au sein des territoires du Forum ainsi que dans la ville de Bamako. Des expositions, des représentations théâtrales et musicales seront organisées. Un forum culturel sera organisé pour débattre des questions liées à la culture en Afrique. Des artistes engagés de la diaspora ou vivant en Afrique utiliseront cet espace pour proposer des alternatives.
  7. Des marches seront organisées pour permettre la popularisation des alternatives, et impliquer plus largement la population pour qu’elle exprime ses propres espoirs.

L’organisation du Forum Social Polycentrique de Bamako

En tant que résultante d’une dynamique nationale, africaine et internationale le Forum de Bamako est organisé par le Comité d’organisation malien et le Conseil du Forum Social Africain sous l’égide du Conseil international du Forum Social Mondial. Un partage des tâches est organisé entre ces acteurs pour permettre une large mobilisation et le succès du Forum.

Le Peuple Malien, l’Afrique et le monde entier vous attendent toutes et tous à Bamako en janvier 2006.

- Conseil National Forum Social Mondial Polycentrique (FSMP) Bamako 2006
- Conseil du Forum Social Africain (FSA)
- Conseil International du Forum Social Mondial (FSM)