|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > Mondialisation et résistances > Appel d’urgence en solidarité avec Oaxaca

MEXIQUE

Appel d’urgence en solidarité avec Oaxaca

Lundi 4 décembre 2006

Oaxaca, Mexique, est actuellement la scène d’une répression d’Etat qui cherche à exterminer l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO), mouvement légitime d’organisations sociales, paysannes, syndicales, de quartier et d’enseignants qui exige la démission du gouverneur Ulises Ruiz Ortiz, ainsi qu’une réforme politique radicale et des politiques publiques qui favorisent les secteurs traditionnellement exclus. Oaxaca est l’un des Etats les plus pauvres du pays et une large partie de la population est composée de peuples indigènes. Depuis le samedi 25 novembre, la police fédérale préventive (PFP) et les polices étatiques mènent une répression brutale de toute la population dans la ville de Oaxaca.

Nouvelle Gauche (Nueva Izquierda) de Oaxaca, l’une des organisations membres de la APPO, fait également partie de la UNORCA (Via Campesina). A l’aube du dimanche 26, des forces paramilitaires du gouvernement ont brûlé les bureaux de la Nouvelle Gauche de Oaxaca et l’un de ses dirigeants, Flavio Sosa – un des principaux membres de la direction collective de la APPO (et de UNORCA) – a reçu des menaces de mort et est l’objet de multiples mandats d’arrêt. Son frère Eric et son cousin Jorge sont maintenant emprisonnés. César Mateos, autre dirigeant important de la Nouvelle Gauche et de la APPO a disparu.
Nous vous demandons de manifester votre solidarité en envoyant des lettres aux ambassades et consulats mexicains dans vos pays, avec des copies au journal national La Jornada (lnavarro@jornada.com.mx) et à la coordination de la Région Nord de Via Campesina (viacammexico@hotmail.com), dans lesquelles vous exigez au gouvernement mexicain :

a) L’arrêt immédiat de la répression, la libération des détenus, la présentation de tous les disparus, la sortie de la PFP de l’état de Oaxaca, le retrait de l’armée mexicaine qui entoure tout l’Etat, l’arrêt des fouilles brutales et illégales de domiciles et des détentions extrajudiciares.

b) Le respect de l’intégrité physique des dirigeants de la Nouvelle Gauche de Oaxaca et leur retour immédiat et inconditionnel, en vie !

c) La résignation immédiate d’Ulyses Ruiz et le rétablissement d’un état de droit et des droits des peuples de Oaxaca.

Coordination de la Région Nord d’Amérique de Via Campesina