|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > L’arc des crises > Violation des droits humains au Kenya : les défenseurs des droits de l’homme (...)

MALI

Violation des droits humains au Kenya : les défenseurs des droits de l’homme marchent à Bamako

Samedi 15 mars 2008, par Siaka Z. TRAORÉ

Environ une centaine, les marcheurs composés des associations et ONGs défenseurs des droits de l’homme ont marché mercredi dernier du Centre Aoua Kéita à la Primature.

Vêtus en tee-shirt à l’effigie de Amnesty International, puisque c’est elle qui est à l’origine de l’initiative, les marcheurs ont exprimé leur solidarité au peule kenyan en scandant des slogans. « La paix au Kenya », « la justice au Kenya » « Arrêter la violence au Kenya » sont entre autres slogans que prononçaient les défenseurs des droits humains pour réclamer la paix dans ce pays meurtri. Le Directeur Exécutif de Amnesty International Mali a, au cours de la marche, invité les dirigeants africains de se lever pour dire aux autorités kenyanes de protéger les populations civiles.

Pour Saloum D. Traoré, malgré les querelles politiques, les dirigeants politiques ont le devoir de protéger les populations.

C’est une déclaration lue par le Président de Amnesty International Mali Makan Koné et remise au Chef de Cabinet de la Primature Alfousseyni Sow qui a résumé les préoccupations des défenseurs des droits de l’homme du Mali.

Les défenseurs des droits de l’homme, dans la déclaration, se disent inquiets face à l’ampleur des atteintes systématiques aux droits humains survenues au Kenya à la suite des résultats controversés des élections présidentielles et législatives du 27 décembre 2007.

C’est pourquoi, ils demandent au gouvernement kenyan de prendre des mesures appropriées pour diligenter une enquête indépendante et impartiale en vue de faire la lumière sur toutes les allégations de violation des droits humains et de veiller à ce que les auteurs de ces violations soient traduits en justice dans le cadre de procédures conformes aux normes internationales.

Les marcheurs disent par ailleurs prier instamment le gouvernement kenyan aussi bien que l’opposition de veiller à ce que leurs partisans respectent pleinement les droits humains.

Également, dans la déclaration, les défenseurs des droits de l’homme ont demandé aux autorités kenyanes d’assurer la protection des populations civiles en général et les militants des droits humains en particulier qui ont reçu des menaces de mort.

Les associations et organisations signataires de la déclaration ont aussi demandé au gouvernement du Mali d’intercéder en leur faveur auprès des autorités kenyanes afin qu’il soit mis fin aux différentes violations des droits humains. Ces mouvements de protestation au Kenya pour rappel ont occasionné 1 600 morts.

Signalons que le Chef de Cabinet de la Primature Alfousseyni Sow a, au nom du Premier Ministre rassuré les marcheurs en leur promettant de transmettre leurs doléances à son excellence Modibo Sidibé.

Notons enfin qu’aucun incident n’a été signalé. Le dispositif sécuritaire déployé pour encadrer la marche n’a été buté à aucune incompréhension des marcheurs.


Voir en ligne : www.khayira.org