|  

Facebook
Twitter
Syndiquer tout le site

Accueil > français > Archives du site > L’arc des crises > L’esprit colonial des puissants est toujours présent

Palestine

L’esprit colonial des puissants est toujours présent

Jeudi 4 mai 2006

Le 10 avril 2006, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont confirmé la décision de la Commission européenne de suspendre les aides directes à l’Autorité palestinienne depuis l’entrée en fonction du gouvernement Hamas. Cette mesure est grave par les conséquences qu’elle entraîne ou va entraîner. On sait que le peuple palestinien est dans une situation économique très difficile.

Les États-Unis et le Canada avaient déjà pris la décision de suspendre leur aide, et Israël avait bloqué le versement à l’Autorité palestinienne des taxes sur les produits transitant par son territoire.

L’objectif affiché de ce gel des aides financières est de contraindre le Hamas à reconnaître le droit à l’existence de l’État d’Israël et les accords signés à Oslo. Une autre voix juive est convaincue qu’il n’y a de solution au conflit du Proche-Orient que dans le respect des droits nationaux de tous les peuples de la région. Tout ce qui nie la légalité internationale et la déclaration universelle des droits de l’homme, que ce soit du fait du gouvernement israélien ou du gouvernement palestinien, va à l’encontre des intérêts des deux peuples.

C’est pourquoi Une autre voix juive approuve l’exigence internationale de voir le Hamas renoncer à l’objectif de destruction de l’État d’Israël, et à toute forme de terrorisme visant des civils en Israël. Il ne s’agit pas là de concession à la droite israélienne ou à l’administration Bush, mais d’une condition fondamentale à la réalisation des droits nationaux palestiniens, pour lesquels nous luttons.

Mais la suspension des aides directes à l’Autorité palestinienne est inacceptable, dangereuse, et aggravera toutes les tensions. Les subventions doivent être rétablies au plus vite, sous des formes appropriées. La suspension des aides va à l’encontre du but proclamé, et cela pour trois raisons.

La première est que, une fois de plus, on fait supporter aux peuples, en l’occurrence le peuple palestinien, des souffrances terribles pour n’avoir pas voté comme le souhaitaient les bailleurs de fonds. C’est la permanence de l’esprit colonial des grandes puissances.

La deuxième, c’est que les chances de réaliser l’objectif visé par cette action sont minces. Il est même à redouter qu’elle produise l’effet inverse, renforce l’influence de l’islamisme en Palestine et dans le monde, fournisse un alibi de plus au terrorisme.

La troisième, c’est le coup supplémentaire porté à l’Autorité palestinienne dont le président, Mahmoud Abbas, a subi camouflet sur camouflet depuis son élection, n’obtenant aucun résultat dans ses demandes réitérées de négociations jusqu’aux dernières élections en Palestine, n’obtenant aucun soutien actif, à commencer par celui que l’Union européenne aurait dû lui apporter.

Le chemin de la paix est plus que jamais entravé, par la politique du Hamas, par la punition inhumaine infligée au peuple palestinien, également par la poursuite par Israël des assassinats ciblés de militants palestiniens, et par la fixation unilatérale d’une frontière avec la Cisjordanie par Israël.

Le gouvernement israélien a en effet présenté le plan dit de « convergences » pour définir cette frontière avant la fin du mandat de George W. Bush, en 2008. Ce plan exclut des pourparlers de paix. La « feuille de route » est « enterrée ».

Nous réaffirmons solennellement que la paix doit résulter de négociations politiques, pour que deux États, palestinien et israélien, puissent coexister avec des garanties internationales.

L’existence d’Israël a été reconnue par les accords d’Oslo : elle n’est pas à négocier. Il en est de même des droits du peuple palestinien à se doter d’un État indépendant et viable.

Nous considérons aujourd’hui, devant l’obstruction au dialogue entre les parties au conflit, qu’il est indispensable de réunir une conférence internationale sous l’égide de l’ONU afin de régler les différends et d’aboutir à une paix définitive.

- Une autre voix juive


Voir en ligne : Palestine : l’esprit colonial des puissants est toujours présent


Publié le 3 Mai 2006 dans la section Tribune libre du quotidien français L’Humanité .